Assan Lakehoul
Vivre ensemble

17 octobre 1961 : Macron condamne le préfet et dédouane l’Etat

60 ans après les faits, des rassemblements commémoraient dimanche les Algériens jetés dans la Seine au cours d’une manifestation pacifique à Paris. 

Le 17 octobre 1961, le FLN a appelé à une manifestation pour protester contre le couvre-feu visant exclusivement les « Français algériens » de région parisienne depuis le 5 octobre. La répression s’est abattue sur le peuple algérien luttant pour son indépendance.

Le Préfet Maurice Papon, sous autorité du premier ministre Michel Debré, a pour objectif d’empêcher l’accès au centre de la capitale aux manifestants, et va pour cela, mater dans la violence la manifestation.

Nombre d’associations et de partis politiques demandent depuis des décennies que la France fasse la lumière sur ces faits et reconnaisse sa responsabilité.

Emmanuel Macron a commémoré le massacre, ce qui constitue une première pour un chef de l’Etat. Il a cependant accusé le préfet de police Maurice Papon, au lieu de reconnaître la responsabilité de la France.

Le président a choisi un recueillement silencieux, accompagné d’un communiqué de presse. Un choix qui a déçu les associations.

“Ils ont déshonoré la République” affirme Roussel

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, a réagi de son côté :

Je demande que la France assume ses responsabilités et déclare solennellement que l’institution policière française, des hauts fonctionnaires français, des responsables politiques français se sont rendus coupables d’un crime d’État il y a soixante ans, et qu’ils ont ainsi déshonoré la République.

Fabien Roussel

Le candidat communiste à l’élection présidentielle demande une commission d’enquête indépendante et une journée nationale d’hommage aux victimes du colonialisme chaque 17 octobre.

En ce 60e anniversaire, la mémoire du 17 octobre 1961 se mêle à celle du 8 février 1962 où 9 communistes et membres de la CGT ont été assassinés par la police lors d’une manifestation contre l’organisation terroriste OAS.

Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde