Visuel utilisé par les soutiens de la famille
Vivre ensemble

Adama Traoré, un an de lutte pour la justice et la vérité

Alors que se tient aujourd’hui un rassemblement à l’appel de la famille d’Adama Troaré, retour sur un an de lutte pour la justice et la vérité.

Adama, tué il y a un an

C’est en ce 19 Juillet 2016 que tout a basculé pour la famille Traoré. « Depuis que j’excelle dans la musique certains amis sont devenus adversaire, c’est ironique comme de mourir le jour de son anniversaire » disait Youssoupha, dans son morceau « l’Effet Papillon », l’effet papillon, c’est bien ce que vit la famille Traoré depuis la mort d’Adama à l’âge de 24 ans, il en aurait eu 25 le 19 Juillet 2017 si ces policiers, âgé de 22, 27, 28, 36, 37 ou alors 41 ans ne l’avait pas assassiné.

Un simple plaquage ventral disaient-ils, 205 kilos sur le corps. Aucun d’eux n’a pourtant assistés Adama sachant pertinemment que sa vie était en péril. L’histoire se déroule à Beaumont-sur-Oise, dans le 95, ville prise d’assaut par les forces de l’ordre le lendemain de la mort d’un habitant de la commune…

La justice toujours pas faite

La première autopsie d’Adama, mentionnait des « lésions d’allure infectieuse », le magistrat affirme la thèse de « l’infection très grave », des contre-expertises en Juillet 2016 affirment la mort par asphyxie et c’est en Juillet 2017 que la dernière expertise médicale confirme bel et bien un décès par asphyxie.

A ce jour – 22 Juillet 2017 – aucun des policiers n’a encore était jugés et la famille subit l’acharnement de l’institution policière, encore ce matin plusieurs perquisitions ont été menées à Beaumont, 4 gardes-à-vue à la veille de la grande marche pour les 1 ans de la mort d’Adama.

Un quartier abandonné

Depuis le 19 Juillet 2017, le quartier de Boyenval d’où il est originaire, est quadrillé de façon militaire. Deux des frères de la famille sont encore en prison : Yacouba a été condamné pour avoir participé en février à « une expédition punitive contre un ancien codétenu d’Adama ». Bagui, condamné pour des « violences » en marge d’un conseil municipal, est également mis en examen pour tentative d’assassinat : il est suspecté d’avoir tiré sur les forces de l’ordre pendant les violences de juillet 2016.

Nathalie Groux, maire UDI de Beaumont, ne leur vient pas en aide, pourtant c’est à un habitant de la ville à qui l’ont a ôté la vie. Pire encore, elle démène pieds et mains pour rabaisser et assigner la famille en justice afin d’étouffer l’affaire.

Une lutte toujours vive !

Le collectif citoyen pour Adama, ainsi que de nombreux autres militants portent le combat. Tout le monde se rappel de ce fameux concert à la Cigale, le 2 Février 2017 en l’honneur d’Adama. Ils vont de villes en villes, de débats en débats, de rassemblement en rassemblement. Le combat local s’exporte au national, la cause conjoncturelle devient structurelle.

Ils luttent pour la vérité sur la mort d’Adama, pour la fin de la justice à deux vitesses, face au bras armée de l’Etat et à l’omerta policière, aux violences et aux pratiques mortelles des policiers, mais aussi contre l’abandon par l’Etat des quartiers populaires.

 

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde