assises-communistes-de-lecologie-pcf-se-met-vertRédaction | Avant Garde
Environnement

Assises communistes de l’Ecologie, le PCF se met au vert

Le Parti communiste français organisait le week-end dernier, ses assises communistes de l’écologie. Derrière le mot d’ordre « ecommunisme », le PCF cherche à se détacher d’une image bien injuste de productiviste.

Un discours offensif de Pierre Laurent

Le Parti de de la place du Colonel Fabien a décidé de passer à l’offensive sur les enjeux environnementaux. Son secrétaire national a ainsi ouvert les assises par un discours ambitieux dénonçant avec force les ravages environnementaux du capitalisme. Ce discours a posé le fondement des débats qui ont suivis. L’environnement est nécessaire à l’émancipation de l’Homme et le communisme est l’émancipation de l’Homme. Pas de communisme sans défense de l’environnement donc.

Le dirigeant communiste, a d’abord commencé par une certaine autocritique, sorte de bilan peu complaisant sur les actions passées. Considérant que jusqu’à présent au PCF, l’écologie était davantage présente dans les textes que dans les actes, tout en soulignant de nombreuses initiatives et batailles locales en faveur de l’environnement menées par des communistes.

Devant une assemblée composée de communistes venus de toute la France participer à ces assises, il a tenu à envoyer des signaux importants. Il a ainsi qualifié le réchauffement climatique de « deuxième invention de l’homme menaçant la planète après la bombe atomique ». Il a toutefois tenu à rappeler que la lutte écologiste ne pouvait exister en dehors de la lutte contre le capitalisme. Le modèle économique actuel n’étant pas compatible avec la défense de l’environnement.

Le communisme nécessairement écologiste

Pierre Laurent est revenu à plusieurs reprises lors de son discours sur le lien entre combat pour une société communiste et défense de l’environnement. L’impératif changement de modèle productif prend une actualité nouvelle avec le changement climatique. Il a ainsi appelé l’assistance à mettre en avant l’aspect environnemental du projet révolutionnaire des communistes.

Reprenant le slogan « L’humain d’abord », il a tenu à rappeler que l’humain n’existe que dans un biotope qu’il est dès lors nécessaire de préserver. Mais également que la défense de l’environnement ne pouvait être légitime qu’au regard des besoins de ce même humain. Pour le secrétaire national du PCF :

« Le communisme doit être l’écologie. »

Continuant sur cette analyse il a fustigé ceux qui considèrent l’industrie comme le vieux monde, y voyant lui la clé des solutions futures aux besoins humains et environnementaux. Cette réponse aux besoins tout en tenant compte des contraintes environnementales étaient au centre de son propos. Pour le sénateur de Paris, le logiciel marxiste doit être repris pour être emmené au-delà de son prisme social, économique et historique, n’hésitant pas à citer Marx pour appuyer son propos. Dans une tirade, que Yoda n’aura pas renié il a notamment affirmé que :

« L’anticapitalisme conduit à l’écologie et l’écologie conduit à l’anticapitalisme. »

Des revendications environnementales à foison

Le lendemain, les communistes présents, se sont retrouvés dès 9h au siège du Parti communiste français pour participer à sept ateliers. Ces ateliers brossant un grand nombre des enjeux écologiques, avaient pour objectifs de dégager des revendications dont les communistes débattrons à leur congrès en fin d’année.

Chaque atelier au thème plus ou moins large était introduit politiquement avec qualité pour mener des débats riches. Les communistes présents ont pu ainsi débattre de :

  • Une alimentation saine, de qualité et accessibles à tou·te·s
  • Assez des inégalités : droit à la qualité de vie dans les quartiers populaires
  • Urgence climatique ? toujours d’actualité !
  • Europe : amplifier les convergences environnementales
  • Quel mix énergétique en France, en Europe et dans le monde ?
  • Une politique nationale d’aménagement du territoire pour préser les êtres humains et la nature
  • Nouveau mode de production et nouveaux pouvoirs dans l’entreprise : la parole au salarié·e·s

Ces septs ateliers ont permis de faire cogiter les dizaines de militants présents et de dégager de solides pistes de travail.

Le midi tous ces militants se sont retrouvés au pied du bâtiment, dessiné par Oscar Niemeyer, afin de réaliser un happening pour dénoncer la pollution de l’air. Masque à poussière sur le nez, les militants ont allumé des torches pour simuler la pollution de l’air avant de se coucher à terre pour symboliquement dénoncer les morts.

assises-communistes-de-lecologie-pcf-se-met-vert-2Rédaction | Avant Garde

Si les débats seront tranchés au congrès en novembre prochain, c’est fort de nombreuses propositions que les communistes présents sont rentrés dans leurs fédérations.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde