JCV
INTERNATIONAL

« Au Venezuela, un coup d’État est en train de se dérouler» entretien avec Igor Castillo des JCV

Traduction de l’article publié par Agitación, revue de l’Union des jeunesses communistes d’Espagne (UJCE)

La semaine dernière, des informations nous sont arrivées à propos de la nouvelle attaque impérialiste contre la souveraineté du peuple vénézuélien. Nous avons eu l’opportunité et la chance de nous entretenir avec Igor Castillo, responsable des relations internationales de la Jeunesse communiste du Venezuela (JCV).

Premièrement, nous aimerions te demander ce qu’il s’est passé ces derniers jours. Qui est Guaidó et que représente-t-il ? Pourquoi avoir fait un coup d’État en cherchant d’abord la reconnaissance de la communauté internationale ?

Au Venezuela, un coup d’État est en train de se dérouler contre les forces révolutionnaires du processus bolivarien, dirigées par le Président constitutionnel Nicolás Maduro Moros. Ce nouveau chapitre de l’ingérence impérialiste est actuellement soutenu par le Département d’État nord-américain en alliance avec des gouvernements latino-américains, valets des États-Unis, et avec les secteurs les plus complaisants de la droite vénézuélienne.

Juan Guaidó, est un actuel député de l’Assemblée nationale du parti Voluntad Popular (VP). Il est important de se rappeler que c’est cette même organisation qui au cours des années 2014 et 2017, en coopération avec le parti Primero Justicia, organisèrent la violence contre le peuple travailleur de notre pays, avec un arrière-fond très fascisant qui laissa un grand nombre de morts et de blessés – en plus des dégâts causés contre les infrastructures et le patrimoine publics. Cette nouvelle montée de violence qui se prépare depuis 2018, a révélé son visage le 23 janvier dernier, lorsque, au cours d’un rassemblement de masse de l’opposition, le député Guaidó s’est autoproclamé Président « en charge » de la République. Cet acte est évidemment anticonstitutionnel en lui-même, mais d’autant plus depuis que différents gouvernements soumis à l’impérialisme nord-américain reconnaissent Juan Guaidó comme Président.

Nous supposons que tous ces événements sont inscrits dans une stratégie générale de déstabilisation du processus bolivarien. Pourrais-tu nous expliquer sur quoi se base cette stratégie ?

Cette stratégie de déstabilisation cherche à briser l’intégrité territoriale et à faire s’effondrer l’État vénézuélien pour provoquer une guerre civile qui puisse justifier une intervention étrangère.

Leurs procédés incluent un programme multidimensionnel d’actions contre les institutions qui vont : du blocage financier extérieur, des attaques officielles visant les officiers de rang moyen des Forces armées nationales bolivariennes (FANB) en cherchant à les démotiver, de fortes pressions sur les leaders du processus bolivarien, des attaques contre des symboles du chavisme (comme par exemple la destruction des statues sur les places publiques et les sièges des organisations politiques et institutionnelles), de l’infiltration d’éléments du para-militarisme colombien qui leur garantit un contrôle territorial sur une large frange de la population, de l’utilisation massive des réseaux sociaux et de grandes société de communication, jusqu’au lobby impulsé par des personnalités du monde culturel.

En Espagne on nous rabâche sans cesse la dévaluation de la monnaie, l’inflation, et la pénurie pour nous démontrer que le chavisme en est responsable et qu’il est incapable de gouverner. Quelle est la situation socio-économique réelle du pays ? Mais surtout, à quoi est-elle due, et qui en sont les responsables ?

Actuellement, il y a une accélération des dégradations des conditions de vie du peuple travailleur, principalement causée par la crise structurelle du système capitaliste rentier dans notre pays. L’absence d’un modèle économique qui intensifie le développement des forces productives, en collaboration avec la classe ouvrière, paysanne et des autres secteurs du mouvement populaire empêche une sortie révolutionnaire de la crise.

Le blocage et la suspension des instruments financiers de l’État vénézuélien dans les principales entités bancaires du monde ont rendu difficile la capacité de réponse du gouvernement bolivarien face aux problèmes quotidiens des Vénézuéliens, notamment dans les secteurs les plus touchés : l’importation alimentaire, l’importation de fournitures médicales et de médicaments, les télécommunications et le transport.

Il est nécessaire de rappeler que le Parti communiste du Venezuela (PCV) a insisté à maintes reprises sur la nécessité de construire une nouvelle politique économique et révolutionnaire pour renforcer le développement de la production nationale.

Face à cette situation, quelle est la volonté des communistes au Venezuela ? Quels objectifs et orientations politiques, pensez-vous prioritaires en ce moment ?

Les jeunes communistes vénézuéliens restent fermes sur leurs positions, notamment sur la défense de la patrie, l’indépendance et la souveraineté face aux agressions impérialistes, la défense et l’approfondissement du processus bolivarien ; à travers la formation d’un gouvernement d’alliance large et patriotique, démocratique et populaire qui assume un programme répondant aux demandes populaires et s’attaque aux monopoles et la corruption. Organiser et mobiliser la jeunesse dans les différents secteurs (étudiant, travailleur et paysan) est notre tâche principale pour affronter cette nouvelle ingérence impérialiste qui cherche à s’emparer de nos principales ressources.

Pour finir, nous vous envoyons depuis l’Espagne notre plus sincère solidarité internationale face à l’impérialisme et nous nous engageons à défendre le processus bolivarien et la souveraineté du Venezuela avec les moyens que nous avons à notre disposition. Si tu veux nous dire un dernier mot, ajouter quelque chose ou communiquer un message à la jeunesse révolutionnaire, qui certainement en ce moment a le regard fixé sur votre pays…

La jeunesse vénézuélienne adresse un salut solidaire et révolutionnaire aux jeunes qui luttent en Espagne contre le système capitaliste qui confisque notre avenir. Nous apprécions toutes les manifestations de solidarité qui chaque jour nous font avancer. Nous invitons les organisations révolutionnaires et progressistes de jeunesses du monde entier à développer leurs actions de solidarité envers le peuple vénézuélien afin de ralentir les projets impérialistes.

Les jeunes communistes du Venezuela sont certains que cette nouvelle série d’attaques impérialistes sera vaincue avec détermination et grâce à la lutte historique que notre peuple a mené jusqu’ici pour la défense de l’auto-détermination et pour la construction d’une société plus juste.

Contre les menaces impérialistes, unissons-nous pour défendre la Patrie !

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde