Coupe du monde : la polémique à laquelle on n’aurait pas dû échapper

publié le dans
Cover Image for Coupe du monde : la polémique à laquelle on n’aurait pas dû échapper

Nous l’avons dit aussi fort que nous le pouvions dans ces colonnes, la coupe du monde au Qatar est un énorme scandale environnemental, humain et sportif. Nous avons peut-être oublié un élément : la diffusion audiovisuelle de la compétition.

Non seulement aucun match n’a été diffusé sur une chaîne publique, mais ⅔ des matchs de poule ont été diffusés sur une chaîne payante ! 

Souvenons-nous du début de la compétition, le match Angleterre-Iran, où les Iraniens n’ont pas chanté l’hymne national en opposition au régime des Mollahs, et où les Anglais ont mis un genou à terre contre les inégalités. Ces images ont beaucoup circulé sur les réseaux sociaux. Elles n’étaient pourtant accessibles en direct qu’aux abonnées de la chaîne payante Bein Sport. 

Souvenons-nous aussi du dernier match de nos amis belges, qui au bout du suspens, ont été éliminés dès les phases de poule. Le match ultime contre la Croatie n’était pas diffusé en clair. 

Sur les phases finales, 6 matchs sur 15 n’ont pas été accessibles gratuitement. L’élimination du Brésil en quart de finale ou celle de l’Espagne en huitième n’auront même pas pu être visionnées gratuitement. 

Ajoutons à cela le choix de nombreuses villes de ne pas diffuser les matchs sur écran géant, les classes populaires ont une nouvelle fois subi les lois de la financiarisation du sport, et se sont retrouvées privées de nombreux matchs. 

Le pire dans cette histoire est que nous pouvons nous estimer heureux ! En temps normal, la diffusion du football est encore plus réduite et plus chère. 

Pour suivre son équipe de cœur en championnat de France, il faut payer un abonnement Prime Vidéo et le Pass Ligue 1 (7 + 13 €), ainsi qu’un abonnement Canal+ (36 €). Pour suivre cette même équipe en Ligue des Champions, il faut ajouter Bein Sport (15 €) et RMC Sport (25 €). 

Pour regarder le foot en France, c’est donc 96 € mensuel qu’il faudra débourser, soit 1152 € par an. Presque un SMIC ! 

En attendant, la coupe du monde se terminera sous peu. Beaucoup de voix se sont élevées pour dénoncer cette compétition, qui aura eu au moins le mérite de nous montrer ce que le foot business fait de pire. 

Espérons que ces voix continuent à se faire entendre après l’événement pour que cette coupe du monde de la honte soit la dernière, et qu’un vrai débat puisse s’ouvrir sur la financiarisation du sport. Et surtout sur les moyens à employer pour y mettre un terme.