EditoAvant Garde | Rédaction
A LA UNE

Édito: Fin de l’hégémonie pour Macron?

Après un faible taux de participation (20%), les deux candidats LR se sont vus remporter les deux élections législatives partielles. Le deuxième tour de ces élections opposait  un candidat LREM et un candidat LR. Plusieurs choses à retenir de ce deuxième tour.  Tout d’abord le taux d’abstention qui, encore une fois, est majoritaire. Ensuite la défaite des candidats LREM. Ces défaites sont symboliques et marquent une rupture avec la quasi hégémonie électorale que possédait Macron jusqu’alors. Pour finir, ces élections marquent un retour avec une droite dure et extrême qui avait été affaiblie par de nombreuses élections et mouvements sociaux.

La deuxième actualité brûlante de la semaine c’est le rapport de l’INSEE qui vient corroborer ce qu’on avait déjà annoncé lors de l’élection de Macron : la baisse du pouvoir d’achat pour l’année à venir. En effet Macron et son gouvernement n’ont pas cessé depuis son élection de mettre à mal le pouvoir d’achat des français. Que ça soit par la baisse des APL ou la hausse des taxes et impôts : hausse du prix du tabac – hausse du prix des carburants- augmentation de la CSG… Toutes ces réformes qui visent à taxer les travailleurs se passent au même moment où Macron décide de supprimer les impôts des plus riches avec la suppression de l’ISF.  Par ces réformes qui mettent à mal les travailleurs et profitent à la bourgeoisie, Macron montre encore une fois qu’il est le président des riches.

Avec le plan étudiants les travailleurs en formation, à savoir les lycéen.e.s et étudiant.e.s, sont également impacté.e.s par les mesures libérales du président des riches. C’est contre cette réforme que plus de 20 000 jeunes ont battu le pavé le jeudi 1er février. Dans certaines villes comme à Paris, Clermont-Ferrand ou encore Toulouse les mobilisations ont été massives et ont rassemblé plus de 1000 jeunes. Cela est un bon présage pour la suite. Des dynamiques sont impulsées sur l’ensemble du territoire.

Au vu de ces constats nous pouvons faire la conclusion que Macron, en même temps qu’il se dévoile au grand public comme n’étant pas le président de tous les français mais bien d’une élite bourgeoise, son pouvoir hégémonique se calcine. À nous de répondre présent et de montrer que la seule vraie opposition au président des riches c’est d’imposer un rapport de force dans la rue.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde