SDAJ
INTERNATIONAL

En Allemagne, les jeunes refusent le réarmement

Pendant que l’Allemagne relance la course aux armements, la jeunesse allemande entend lutter pour la paix. Après la hausse de 100 milliards d’euros de dépenses militaires du 4e armateur mondial, des jeunes refusent la perspective de nouvelles coupes dans les dépenses sociales.

Nous avons rencontré ces jeunes Allemands qui militent pour la paix, quelques semaines après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Réunis près de Francfort-sur-le-Main les 19 et 20 mars pour le 25e Congrès de la Jeunesse ouvrière socialiste allemande (SDAJ), ils nous ont expliqué leur campagne contre le réarmement. Cette organisation communiste est membre de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD). Elle rassemble des jeunes en formation et des jeunes travailleurs et travailleuses qui vivent en Allemagne. Ils ont eu à cœur de mettre la solidarité à l’honneur et au centre de leurs discussions.

« Vive l’internationalisme »

Pour la SDAJ, la guerre en Ukraine, les migrations de réfugiés et la crise climatique rendent nécessaires des solutions internationalistes. Dans leur pays, le climat politique est à la surenchère guerrière et pousse au réarmement de l’impérialisme allemand. Il y a fort à craindre que les 100 milliards d’euros du « budget spécial » préparent de futures hausses des dépenses militaires et de futures opérations guerrières.

Les invités internationaux, venus d’Autriche, de France, de Suisse, et Aritz Rodriguez Galan, secrétaire générale de la FMJD, ont été chaleureusement accueillis aux cris de « Hoch die internationale Solidarität! ».

« Nous voulons la paix ! Non au réarmement ! »

Au terme de riches discussions entre jeunes, la SDAJ a lancé une campagne anti-armement. Les jeunes refusent de payer la facture de la guerre quand tant d’argent manque pour assurer une vie digne. Ce sont « 100 milliards qui manquent à notre système de santé, dans les écoles en difficulté et pour l’expansion des transports en commun », selon la résolution de campagne.

La SDAJ invite ses groupes de militants à organiser des rassemblements contre les milliards d’euros dépensés dans le réarmement, en particulier lors de la marche de Pâques. Il s’agit aussi d’expliquer aux jeunes, lors d’événements éducatifs, que le surarmement se fera au détriment de leurs besoins et que l’alliance atlantique est incapable de satisfaire les intérêts des peuples d’Europe. Pour cela, l’organisation est forte de 36 groupes répartis dans toute l’Allemagne. Elle dispose également d’un magazine, Position, qui relaie ses idées communistes et anti-impérialistes.

« Guerre, crise, pandémie et catastrophe climatique — le capitalisme montre très clairement qu’il appartient au tas d’ordures de l’histoire. Alors, allons-y ! », a conclu Andrea Hornung, réélue dirigeante de la SDAJ.

Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde