rédaction
EDITO

Entre 200 € et 685 € ! Vous avez dit revalorisation des indemnités de stage, vraiment ?

En 2020, dans le cadre de la présentation du “Plan 1 jeune, 1 solution” le Gouvernement avait annoncé une revalorisation des indemnités des stages. Elle est désormais effective depuis le 1er mai 2021.

Le nouveau système de calcul prévoit désormais une rémunération basée sur trois catégories d’âge. À savoir : 200 € par mois pour tous les stagiaires de la formation professionnelle âgés de 16 à 18 ans, 500 € par mois pour tous les stagiaires âgés de 18 à 25 ans révolus, et 685 € par mois pour tous les stagiaires de plus de 26 ans.

Alors que la précarité n’a jamais été aussi forte depuis 30 ans, cette revalorisation des indemnités de stage tombe encore à côté des besoins et des aspirations des étudiants et des étudiantes.

Alors qu’il s’agit d’une période de pré-professionnalisation essentielle, les stages sont synonymes d’emploi déguisé et sous rémunérés, permettant de précariser davantage les jeunes plutôt que de les former professionnellement.

Les annonces en grandes pompes de La République En Marche au sujet d’une revalorisation historique qui n’a pas eu lieu depuis 30 ans, témoignent d’une méconnaissance de la réalité vécue par les stagiaires.

L’ urgence est aux garanties, nous n’avons que faire des effets d’annonce et d’auto-satisfaction.

Dans une période marquée par une explosion de la précarité, il est temps d’en finir avec la crise de la reconnaissance et le contrat d’exception qu’est la convention de stage. Les stages doivent être rémunérés, au minimum au SMIC, et ce, dès la première heure travaillée, quel que soit l’âge du stagiaire !