rédaction
EDITO

Etudiants, vous reprendrez bien un peu de précarité ?

L’ UNEF a  publié son enquête annuelle sur  le budget des étudiants et des étudiantes, et le constat est sans appel.  

Pour la cinquième année consécutive, le coût de la vie étudiante augmente. En effet,  pour l’année 2021-2022, le budget mensuel des étudiants et des étudiantes s’alourdit de 20€, soit une hausse annuelle de 2,5%. 

L’augmentation des prix des loyers doublée des attaques sur les APL et la décision du gouvernement de mettre fin aux repas CROUS à 1€ pour toutes et tous à la rentrée de septembre expliquent ce trou dans le budget des étudiants et des étudiantes. 

Le mandat d’Emmanuel Macron a précipité la précarité dans laquelle se trouve des milliers d’étudiants et d’étudiantes. Depuis l’arrivée au pouvoir en 2017 de l’actuel président de la République, le coût de la vie étudiante a augmenté de 10%, dans le même temps se sont près de 42 millions d’aides directes qui ont été supprimées. 

Loyers, nourriture, frais d’inscription, internet… Les dépenses étudiantes sont nombreuses et élevées et les revenus sont faibles. 

Pour subvenir  à leurs besoins et payer leur année d’études, la moitié des étudiants et  des étudiantes sont dans l’obligation de se salarier, mettant en péril leur année. Au vu de cette nouvelle augmentation du coût de la vie étudiante, cette situation risque fortement de s’aggraver.  

Macron et Vidal n’ont que faire de la situation dans laquelle se trouve des milliers d’étudiants et d’étudiantes. Pire, alors que la crise dans laquelle nous nous trouvons et qui a plongé des milliers d’étudiants dans l’extrême précarité invite à la solidarité nationale, c’est le choix du chacun pour soi qui est fait par le Gouvernement. 

Pour permettre à chaque jeune de poursuivre ses études et mettre fin aux inégalités,  il faut instaurer un revenu étudiant, au-dessus du seuil de pauvreté et financé par les cotisations sociales. Au-delà de ça, ce sont les dépenses qu’il faut baisser en instaurant une restauration universitaire de proximité et gratuite, en supprimant les frais d’inscription à l’entrée de l’université, en permettant à chaque étudiant d’avoir accès à un logement étudiant à côté de son lieu d’étude et en encadrant les loyers. 

Il est temps d’en finir avec les humiliations ! L’Union des étudiants et des étudiantes s’organise sur les campus de France et dans les cités-universitaires pour inverser le rapport de force. Alors organise-toi en adhérant à l’UEC et vote Fabien Roussel en 2022, seul candidat à gauche qui porte les aspirations des étudiants et des étudiantes.