Rédaction | Avant Garde
A LA UNE Vivre ensemble

Fabien Roussel se présente à sa réélection à Saint-Amand-les-Eaux

Dans la 20e circonscription du Nord (Saint-Amand-les-Eaux, Anzin…), Fabien Roussel fait campagne avec Mathilde Valembois comme suppléante pour les élections législatives. « Pour continuer à vous faire entendre et respecter », le candidat veut défendre le pouvoir d’achat et empêcher toute forme de régression sociale.

Fabien Roussel a été élu député pour la première fois en 2017, à 63,88 % des voix, face au Front national.

À 53 ans, le député communiste sortant porte de nombreux combats dans sa circonscription. Pour l’industrie, pour préserver le ferroviaire, pour soutenir les agriculteurs… Il fait de la lutte contre l’évasion fiscale son cheval de bataille (« un combat à 100 milliards d’euros »). Il propose notamment la création d’une vraie liste française des paradis fiscaux et le prélèvement à la source des bénéfices des multinationales et des banques.

Un parlementaire actif

Siégeant au groupe Gauche démocrate et républicaine, le député du Nord a participé à la commission des finances puis à celle des affaires économiques de l’Assemblée nationale. 

Le secrétaire national du Parti communiste français est très actif dans ses fonctions de député. Présent dans l’hémicycle, il a participé à 95 % des votes solennels. Pendant la législature, il est intervenu 1125 fois longuement, 1112 fois brièvement en séance publique, et 246 fois en commission. De plus, il a posé 67 questions écrites et 37 questions orales au gouvernement. Au total, il est intervenu 3241 fois auprès des ministres pour résoudre les problèmes des habitants de sa circonscription.

Le nordiste a déposé 1529 amendements en tant que premier signataire pour améliorer la loi. Il a également porté 9 propositions de lois et résolutions en tant qu’auteur pendant la mandature. Ainsi, il a obtenu 10 millions d’euros par an, sur dix ans, pour rénover 23 000 logements miniers. Avec ses collègues communistes, Fabien Roussel a proposé d’augmenter le SMIC, de renationaliser les autoroutes, d’encourager la gratuité des transports, de sortir du marché privé la distribution des énergies…

Engagé pour le monde du travail, Roussel voulait une commission d’enquête sur les conditions de la fusion entre Siemens et Alstom et sur les contre-propositions économiques et industrielles au service de cette filière stratégique. Il visait la mise à contribution fiscale des géants du numérique et du e-commerce. Ou encore le renforcement des sanctions pour défaut de publication des comptes sociaux.

Il a défendu une résolution visant à lutter contre la banalisation des discours de haine dans le débat public. En effet, le candidat PCF à la présidentielle souhaitait rendre inéligibles les personnes condamnées pour racisme.

Sur le terrain

Fabien Roussel s’est partagé entre l’Assemblée nationale et les territoires. Pour lui, un élu doit être présent aux côtés des habitants, des salariés, et participer aux luttes sociales. C’est pourquoi il s’investit dans la mobilisation contre la fermeture d’une classe à l’école Pauwels.

Il se positionne contre la fermeture du site de Vallourec à Saint-Saulve. Le fabricant de tubes en acier sans soudures fait son 6e plan de licenciements, qui affecte également les sites d’Aulnoye-Aymeries, Valenciennes et Meudon. Le député de Saint-Amand-les-eaux a dénoncé la délocalisation de l’activité industrielle vers le Brésil et la Chine. Insurgé contre les 1 milliard d’euros d’argent public versés à Vallourec depuis 2005, il appelle le gouvernement à « empêcher toute nouvelle délocalisation ».

Fabien Roussel affronte cette année Guillaume Florquin (RN) et Delphine Alexandre (Ensemble !). Malgré le risque d’une perte du mandat au profit du Rassemblement national, Éric Renaud se maintient candidat contre le député communiste sortant, en dépit de l’accord national entre le PCF et LFI. 

Espérons que la raison l’emporte et que toute la gauche soutienne la candidature capable de l’emporter contre l’extrême droite. En attendant, Fabien Roussel est, comme tout au long de l’année, au travail !

Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde