Rédaction | Avant Garde
EDITO

Le 16 mars les jeunes relèvent la tête !

Le 16 mars prochain, un an jour pour jour après l’annonce du premier confinement, l’ensemble des organisations de jeunesse appellent à une journée de mobilisation nationale. 

L’avenir des jeunes a rarement été aussi compromis. La situation est telle que les journalistes nous ont rebaptisé la génération sacrifiée. Si nous le sommes ce n’est pas à cause de la pandémie mais bien de l’inaction et des choix politiques du Gouvernement. 

Chômage, sélection, décrochage, isolement, précarité, CDD, intérims, services civiques… Nous disons qu’il y en a assez. 

Notre génération veut se former, se réaliser, être utile à la société. Mais pour cela il faut mettre un terme à la précarité de nos emplois, de nos formations et de nos revenus.

Depuis des mois nous alertons le Gouvernement sur la nécessité de sécuriser le parcours des jeunes afin qu’on ne soit pas une génération sacrifiée. L’exécutif a toujours refusé de nous écouter. C’est les rêves, les aspirations et l’avenir des centaines de milliers de jeunes qui sont en train d’être sacrifiés sur l’autel du profit capitaliste. 

Mais il n’est pas trop tard pour agir. Depuis de trop nombreuses années maintenant, les responsables politiques mènent des réformes tambour battant sans nous écouter. L’école, les universités, l’emploi des jeunes… Aucun secteur n’a été épargné. À plusieurs reprises nous nous sommes mobilisés : loi travail, Parcoursup, précarité étudiante, loi ORE…  À chaque fois, le Gouvernement a fait le choix de la répression.

Aujourd’hui, alors que notre avenir n’a jamais été aussi compromis, nous avons appris des luttes passées. Nous avons appris que l’union faisait la force et que seule une mobilisation large de la jeunesse pouvait faire plier ce Gouvernement. En s’attaquant à toutes les catégories de la jeunesse, en refusant de nous écouter, en nous méprisant, l’exécutif à fait une erreur historique : elle a rassemblé l’ensemble des jeunes. 

Derrière des réalités différentes, un seul mot d’ordre nous rassemble : pour la sécurisation de nos parcours de vie, des études à l’emploi, et pour la conquête de nouveaux droits afin de construire notre futur ! Nous allons lui montrer que nous sommes loin, très loin d’avoir dit notre dernier mot.

Le Gouvernement refuse de nous écouter ? Nous allons scander nos revendications sous les fenêtres de ses ministères. Nous appelons l’ensemble des jeunes lésés par la crise qu’ils soient lycéens, étudiants, en emploi, au chômage, en apprentissage, à se rassembler le 16 mars prochain pour dire que nous refusons d’être une génération sacrifiée. 

Le 16 mars, relevons la tête. L’avenir nous appartient !