le-1er-fevrier-quelque-chose-prepare-jeunesRédaction | Avant Garde
A LA UNE Éducation

Le 1er février, quelque chose se prépare chez les jeunes…

Une journée nationale de mobilisation se tiendra ce jeudi 1er février contre le plan Vidal, en particulier contre l’instauration de la sélection à l’entrée de l’université. Cette journée a d’abord fait l’objet d’un appel à la mobilisation de la part de l’intersyndicale de l’éducation, qui a rapidement été rejointe par les organisations de jeunesse.

Le début de l’année scolaire a été marqué par des difficultés à mobiliser contre la loi travail XXL. Toutefois il semblerait que pour cette réforme, que le gouvernement tente de mettre en place avant même qu’elle soit adoptée, les réactions des premiers intéressés soient bien différentes. Partout en France, des jeunes se mobilisent et préparent la journée du 1er dans les lycées et les universités.

Lire aussi : Les sénateurs communistes à l’attaque de Parcousup et la sélection

La bataille de l’information bat son plein

Le premier enjeu est d’informer les jeunes sur ce que prévoit la loi, de déconstruire le discours gouvernemental. Un peu partout sur le territoire, tous les moyens sont bons pour révéler les dangers du plan étudiants.

Les différents salons et forums de l’orientation fournissent l’occasion à de nombreux militants jeunes communistes de toucher largement les milliers de jeunes qui s’y rendent avant de formuler leurs premiers vœux d’orientation.

C’est le cas par exemple en Ille-et-Vilaine :

En Haute-Garonne :

En Indre-et-Loire :

Ou encore dans la Drôme :

D’autres trouvent des formules plus originales pour informer des dangers de la loi, en s’appuyant sur une diffusion massive sur les réseaux sociaux. Les jeunes communistes du Vaucluse ont ainsi fait le buzz avec la production de cette vidéo :

Plus classique mais non moins efficaces, dans plusieurs départements on s’organise entre mouvements et organisations de jeunesse. Ainsi à l’initiative de plusieurs cadres unitaires des réunions se tiennent et des rendez-vous sont programmés comme à Amiens, à Angers ou à Lyon :


Dans les lycées la pression monte

Aux abords des lycées sur tout le territoire, on s’active pour distribuer des tracts, organiser des réunions, et parfois même on se mobilise déjà.

Dans le 93 par exemple (Seine-Saint-Denis), de nombreux lycées sont couverts par les jeunes militants et ils semblerait que la réactivité des lycéennes et lycéens soit au rendez-vous :

C’est également le cas dans le Vaucluse :

A Paris :

Dans le Val-de-Marne :

Ou encore dans le Rhône :

A certains endroits la mobilisation est déjà lancée comme en témoigne l’occupation du rectorat à Rennes :

A Angers

Dans le Maine-et-Loire, les weekend sont mis à profit pour la fabrication des banderoles, des pancartes, et autres tracts :

Tout comme dans les Hauts-de-Seine :

Dans les universités, les prémices d’une mobilisation étudiante ?

Il semblait lointain le temps des assemblées générales étudiantes, des actions coups de poing et des blocages. Et bien que nous n’en sommes pas encore au niveau des mobilisations d’ampleur qu’a pu connaitre l’enseignement supérieur dans le passé, force est de constater des prémices encourageants.

Les traditionnelles figures de proue des mobilisations étudiantes sont évidemment sur le pont, comme par exemple :

à la fac de Toulouse

Où Le Mirail où s’est tenue une première assemblée générale déjà bien fournie :

C’est aussi le cas de Rennes 2

Où les étudiants de diverses organisations ont envahi la CFVU contre le vote des modalités de la future sélection:

Mais le phénomène ne s’arrête pas aux portes des traditionnels bastions des mobilisations estudiantines. Plusieurs autres CFVU ont fait l’objet de ce type d’action de la part des étudiants comme par exemple :

à Lille ou à Clermont-Ferrand :

Ou encore à Orléans :

Plusieurs assemblées générales sont programmées dans d’autres universités en vue de préparer la journée de mobilisation et souvent dans la perspective d’ancrer cette bataille dans la durée.

Il est encore trop tôt pour dire qu’un mouvement social va démarrer à partir de cette date du 1er février. Mais ce qui est certain en revanche c’est que la détermination des jeunes communistes et des organisations qui sont entrées dans la bataille est sans faille. A travers tout le territoire des parcours de manifestations ou des lieux de rassemblements sont annoncés au fil des jours.

La mobilisation de jeudi sera-t-elle à la hauteur des espoirs et de l’énergie collective déployés par tous ces jeunes militants? En tous cas, nul doute qu’elle ne sera pas de ces journées qui cassent le moral, comme ils ont pu en connaître en septembre dernier face à la violence des attaques du gouvernement sur le code du travail. Sans aucun doute non plus, cette journée de mobilisation en appellera d’autres, au sujet de la sélection comme sur celui de la réforme du bac à venir.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde