Gwenn Herbin | Avant-Garde
A LA UNE

L’édito du mercredi par Antoine Guerreiro

Rendre les coups

Toute la semaine, l’agitation a commencé à gagner les lycées et les universités. Les franges militantes du milieu étudiant sont à présent passées à l’action, à travers les diffusions de tracts, collages, Assemblées générales et débats en tous genre.

L’objectif : informer le plus d’étudiant.e.s possible et les inciter à se mettre en mouvement dès demain. Car à cette heure, nombreux.ses ignorent encore les réelles conséquences du projet de loi Vidal. Or si la protestation reste marginale, confinée aux sphères militantes des campus, nous aurons perdu sans même combattre.

Une seule exception à cette lenteur à mobiliser : l’université Toulouse 2 Jean Jaurès, qui a vu hier 600 étudiant.e.s et personnels rassemblé.e.s en AG pour voter la grève et le blocage du site. Un résultat qui n’est pas sans lien avec le report de la fusion de l’université obtenu en décembre dernier.

Voilà qui confirme ce que nous savions déjà : partout où des luttes victorieuses ont eu lieu, partout où les étudiant.e.s étaient déjà mobilisé.e.s, prêt.e.s à contrer tous les mauvais coups, le Plan Etudiants décuple encore la capacité de résistance de notre milieu. Là encore, la profonde réflexion que nous nous apprêtons à mener dans le cadre de la Semaine de la Pensée Marxiste sur les victoires ne sera pas de trop.

Comme j’ai eu plus d’une fois l’occasion de l’écrire, depuis mai dernier Macron semble avoir balayé d’un revers de main toutes les oppositions, et avoir imposé les mesures les plus violentes sans affronter de mouvement social. Enfin, l’occasion nous est donnée de lui faire affronter la jeunesse du pays. Enfin, il est temps de rendre les coups. Rendez-vous demain, dans les rues !