logement_demandez_programme Tour MontparnasseTour Montparnasse CC0 | Domaine Public
Social-Eco

Logement : demandez le programme !

On les a entendu parler de sécurité, d’emploi, de la laïcité, d’écologie ou encore d’éducation, mais qu’en est-il du logement ?

Le 1er tour de l’élection présidentielle 2017 est le dimanche 23 avril à laquelle se présente 11 candidats. Pour certains, il a fallu patienter plusieurs mois avant de pouvoir consulter leurs programmes. Quelles sont les positions des candidats à la présidentielles sur le thème du logement ?

Rappel de la situation en France :

Le logement est un bien essentiel, il doit être garant de conditions de vie dignes permettant de travailler quotidienne, d’être en bonne santé et d’offrir un espace d’épanouissement pour toutes les familles.

Le logement représente une question considérable et primordiale, qui représente un budget très important pour une grande partie des français, notamment les plus précaires. Cette situation est le résultat de diverses politiques désastreuses tout au long de la 5e République.

Il est essentiel que le Président de demain, celui qui va donner les grandes lignes directrices à la politique de notre pays dès 2017, soit conscient des enjeux importants en termes de logement.

La situation est déplorable pour ne pas dire catastrophique car bien que la plupart des français possède un toit, le nombre de personnes sans domicile fixes est estimé à plus de 140 000 (source : FAP, 2017) et ce chiffre a augmenté de 50% en 10 ans.

Ce sont de même, 4 millions de français qui sont touchés par le mal logement et en tout plus de 14 millions qui sont touchés de manière globale par la crise du logement.

Ce constat est d’autant plus criant après un quinquennat marqué par une très mauvaise prise en charge de l’accueil des migrants. Un manque criant de financements dans la rénovation urbaine et pour la production de logements sociaux est également à déplorer. Surtout que ce mandat a été marqué par une augmentation des expulsions locatives avec concours de la force publique.

Il y a urgence à faire du logement de demain un logement accessible à tous. Il y a urgence à appliquer le droit au logement, élément inscrit dans notre constitution délétère de la 5e république. Il y a urgence à ce que nos élus et dirigeants politique répondre aux besoins de la population et nos aux besoins du marché économique !

Le grand oral des candidats sur la question du logement a commencé le 31 Janvier 2017, lors de la journée de présentation du rapport sur le mal logement rédigé par la Fondation Abbé Pierre. Depuis, le Conseil Constitutionnel a statué sur les 11 candidatures officielles qui ont obtenu les 500 parrainages.

Analysons leur programme sur le logement.

Droite et extrême droite : sans surprise pour Marine Lepen et François Fillon

Les revendications du Front National, représenté par Marine Lepen est clairement de concilier les différentes positions politiques. Alors que d’un côté, elle défend vouloir aider les français et combattre le mal logement, de l’autre sa proposition phare est de faciliter l’accession à la propriété.

Le FN s’inscrit donc dans la stratégie néolibérale, donnant plus de pouvoir aux propriétaires et aux grands groupes de la promotion immobilière (tels que : Bouygues, Nexity, Icade). Ceci ne répond pas aux problèmes du mal logement alors que qu’en 2016 on comptait près de 2 millions de demandeurs de logements sociaux.

Sur cette dernière question, le FN tente aussi de semer le trouble ; alors qu’elle revendique défendre le logement social, Marine Le Pen a récemment dit que l’attribution des logements sociaux se fait prioritairement pour les “français” car :

” La réalité, c’est que les logements sociaux sont prioritairement occupés par l’immigration qui arrive. Et on ne peut plus faire ça parce qu’il y a 1,5 million de foyers français qui attendent un logement social. “

Ceci est une intox de plus pour Marine Le Pen, étant donné que cela n’est pas permis par la loi.
Du côté de Les Républicains, représentés par François Fillon, sans surprise non plus, la volonté principale est de faire une France du “tous propriétaires” et de rendre moins attractive la production de logements sociaux.

Tout ceci se fait au titre d’une rentabilité financière pour les promoteurs, François Fillon propose même la suppression de l’ISF. Cette stratégie en fait que favoriser la spéculation foncière et donc l’augmentation des prix du marché et des loyers. Le candidat souhaite aussi notamment réduire les délais d’une expulsion, alors que le nombre de SDF ne cesse d’augmenter.

Le candidat souhaite l’abrogation de la loi ALUR qui encadre le taux de 25% de logements sociaux par commune ainsi que le dispositif d’encadrement des loyers. On voit donc vers qui ces deux candidats se sont tournés, vers les marchés financiers, les grands patrons et non vers les besoins des français.

Emmanuel Macron : fidèle à sa classe, celle qui domine

Rien de bien neuf ou novateur dans son programme concernant le logement, il ne fait que promettre ce que tout le monde demande sans l’avoir compris, budgétisé et compris. Bien qu’Emmanuel Macron ait des projets louables et ambitieux pour le logement des français, notamment en partant des constats posés par les acteurs professionnels et les acteurs associatifs il y a une forte contradiction dans son programme.

On ne peut défendre d’un côté des baisses de dotations de l’Etat aux collectivités, des diminutions de budget, de laisser plus de place aux marchés financier tout en défendant une grande politique de construction de logements pour les plus démunis et un grand plan de rénovation des logements.

Il propose aussi la création d’un bail mobilité pour les personnes les plus en difficultés mais qui viendrait précariser de manière importante les droits de ces locataires. Ce bail aura une durée très courte et il sera plus facile d’expulser le locataire à la fin du bail.

Le candidat du progrès social : Jean-Luc Mélenchon

Seul Jean-Luc Mélenchon soutient une grande politique du logement adaptée à l’ensemble des français et notamment pour ceux qui en ont le plus besoin aujourd’hui.

Son programme, contrairement à celui d’Emmanuel Macron est juste, répond aux besoins et est réaliste. Le candidat Jean-Luc Mélenchon, candidat soutenu par le parti communiste, défend un programme qui vise à développer les financements public afin de garantir la justice sociale.

Le candidat a la volonté d’appliquer ce qui est inscrit dans la constitution : le droit au logement pour tous et dans un logement digne. Cela passe par plusieurs grandes mesures dont : l’objectif “zéro sans abri”, la lutte contre les expulsions et le développement massif du logement “public” et social.

Pour Mélenchon, l’enjeu est aussi de rénover le parc existant, souvent oublié au profits de la construction et des promoteurs immobiliers. De même, il s’engage à faire l’inverse des candidats précédents c’est-à-dire : rompre avec la spéculation foncière.