loi-travail-xxl-nouvelle-mobilisation-16-novembreRédaction | Avant-Garde
Social-Eco

Loi Travail XXL, nouvelle mobilisation le 16 novembre

Alors que le gouvernement fait paraître les décrets d’application des ordonnances à un rythme soutenu, une nouvelle date de mobilisation contre la Loi Travail XXl a été décidée par des syndicats toujours divisés.

Un élargissement mais toujours pas d’unité intersyndicale

Réunis au siège de la CFDT, le 24 octobre dernier, l’impossibilité de se mettre d’accord sur un texte a rapidement mis fin à la réunion. La CFDT qui considère que le temps n’est pas à la mobilisation, argue que les ordonnances étant adoptées, il est inutile de manifester. Il ne reste plus qu’à comprendre pourquoi la centrale n’a pas appelé avant l’adoption…

Un texte commun, même sans appel à la mobilisation aurait pu représenter un signal fort. Là dessus non plus aucun accord n’a pu être trouvé. La CFDT entendait profiter de ce texte pour mettre en avant ce qu’elle estime être des gains obtenus lors des concertations de cet été. Inacceptable pour la CGT qui tout en continuant à rejeter le contenu des ordonnances a accepté de ne plus poser leur retrait comme absolu pour que FO signe le texte.

Pendant ce temps le gouvernement continue son entreprise de destruction des droits des salariés. Après le code du travail, c’est la formation professionnelle et l’assurance chômage qui sont dans le viseur.

Macron, TGV des réformes libérales

Cette future réforme s’annonce également très offensive. Le calendrier prévoit une période très courte de concertation qui finira en janvier. La négociation, chère au précédent gouvernement est ici oubliée. Le gouvernement annonce d’emblé la couleur. Il souhaite changer en profondeur et dans sa philosophie même l’assurance chômage, pas question d’arriver à un accord a minima dont Hollande s’était fait le spécialiste.

L’enjeu pour le gouvernement est autant dans la méthode que sur le fond. En imposant un rythme rapide et soutenu, il coupe l’herbe sous le pied à toute tentative de structuration d’une opposition. A l’inverse la multiplication des annonces et la rapidité avec laquelle il les enchaîne offre une illusion de progrès.

La méthode est objectivement une réussite quand on voit la confusion dans laquelle sont plongées les centrales syndicales. Les moins revendicatives habituées pendant cinq ans à être associées aux projets de lois, sont aujourd’hui perdues. Elles se trouvent dans la drôle de position d’être critiques sur les ordonnances, sans pour autant vouloir les dénoncer, tout en espérant un rééquilibrage lors des prochaines lois.

Difficile quand on voit le dogmatisme libéral avec lequel le gouvernement prend ses décisions.

Vers une coalition anti-Macron ?

Aller vite, c’est aussi prendre le risque de trébucher. En multipliant les annonces et en utilisant une approche ne laissant aucune place à l’opposition, le Président de la République prend également le risque de coaliser contre lui.

La hausse de la CSG et sa compensation toujours pas précisée n’en finit pas d’agacer les syndicats de fonctionnaires, inquiets par ailleurs des réductions budgétaires. L’appel à la mobilisation pour le 16 novembre est pour l’instant signé par la CGT, FO, Solidaires, l’UNEF, l’UNL et la FIDL. Il est également en attente du soutien de la FSU, syndicat du service public particulièrement implanté dans l’enseignement.

L’appel est également élargi par rapport aux précédents et dénonce :

de nombreuses dispositions inacceptables des ordonnances, limitant des droits des salariés-es ;
des risques qui pèsent sur les droits des salariés-es et demandeurs d’emploi en matière d’assurance chômage ou de formation professionnelle ;
de mesures précarisant toujours un peu plus l’emploi et l’insertion des jeunes sur le marché du travail ;
de la remise en cause des droits à l’avenir des jeunes par l’instauration d’une sélection à l’entrée de l’enseignement supérieur ;
de la modération salariale et de l’augmentation de la CSG ;
des atteintes au service public et à la protection sociale.

Un appel plus large donc qui pourrait bien aboutir à un regain de mobilisation.

 

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde