Kylian MbappeCapture d'écran
SPORT

Mbappé a raison de critiquer les paris en ligne

Jeudi dernier, Kylian Mbappé a recadré l’application Winamax après une blague de très mauvais goût. Il a saisi l’occasion pour critiquer les paris sportifs. 

Quelques jours auparavant, l’attaquant français avait refusé de participer à une opération marketing de l’équipe de France. Il demande une concertation sur le choix des sponsors. En effet, l’utilisation marchande de l’image des joueurs peut nourrir des logiques comme l’addiction et le surendettement. Des logiques bien éloignées des valeurs du sport.

Mbappé versus la FFF

Après un très beau match des Bleus contre l’Afrique du Sud (5-0), et un doublé de Mbappé, l’opérateur Winamax a publié de manière opportuniste un tweet insultant en référence au père du champion du monde. Ce dernier a rapidement répliqué : « Le danger des paris en ligne… ne plus avoir de limite. Un peu de respect svp ».

Derrière ce rappel, le joueur exprime une prise de distance vis-à-vis des opérateurs de paris sportifs en ligne. Parmi les sponsors de l’équipe de France lors de la séance évitée par Mbappé, on trouve Volkswagen, Orange, Coca-Cola, Konami, Uber Eats et Xbox. Figure également dans la liste des sponsors l’opérateur Betclic. L’avocate du joueur a évoqué une « confrontation » entre les valeurs de son client et celles portées par la FFF.

Depuis plusieurs années, des joueurs manifestent leur malaise sur la marchandisation de leur célébrité. C’était le cas de Cristiano Ronaldo et de Paul Pogba à l’Euro 2021 face à une bouteille de Coca-Cola et de Heineken. Oui, les sportifs ont des valeurs et un avis.

Pour se défendre vis-à-vis de la convention des Bleus qui l’oblige à participer aux opérations marketing des sponsors, l’entourage de Mbappé fait valoir un manque de discussion entre les joueurs et la Fédération. Son avocate échangerait depuis déjà plusieurs mois avec elle à ce sujet. Si la Fédération reste sourde, il est plutôt salutaire qu’un footballeur aussi influent exprime sa réprobation.

A ceux qui chargent Mbappé

Plusieurs commentateurs parlent d’une « mise en cause fondamentale du foot business ». Ils invoquent une nécessaire adhésion des joueurs au modèle économique du football. En d’autres termes, Mbappé devrait obéir car sa carrière repose sur la financiarisation du sport.

Cet argument d’autorité ne nous convainc pas.

Premièrement, le droit de regard sur sa propre image ne semble pas être une liberté excessive. Le joueur doit aujourd’hui céder ses droits à l’image pour une durée trop longue. Toute sa carrière et jusqu’à cinq ans après sa retraite internationale. Sans discuter ? C’est abusif. 

Deuxièmement, la Fédération est sous la tutelle du ministère des Sports. C’est lui qui donne un agrément, et il peut le retirer. Elle a une mission de service public. Par conséquent, les citoyens et citoyennes ont parfaitement le droit de s’exprimer sur sa politique. Comment sont utilisées les recettes ? Soutient-on suffisamment les clubs amateurs et la formation des joueurs ? Quels messages les sponsors véhiculent-ils ? 

A priori, un sportif, quelle que soit sa stature, est un citoyen comme les autres. Bien sûr que les sportifs doivent pouvoir exprimer leur désaccord devant certaines pratiques des Fédérations. Ce ne sont pas les scandales éthiques qui manquent ces dernières années dans le monde du sport.

Des paris en ligne plus que critiquables

Troisièmement, plusieurs enquêtes récentes montrent les effets néfastes de l’addiction aux paris sportifs en ligne. Notamment chez les jeunes de banlieues qui sont la cible des campagnes de publicités. Celles-ci recourent à des clichés en tout genre. Aujourd’hui, les 18-24 ans constituent un tiers des parieurs. Parfois mineurs, ils se trouvent souvent ruinés par l’addiction née des promesses mensongères des opérateurs de paris. L’Autorité nationale des jeux a même demandé le retrait d’une pub de Winamax le mois dernier (« Tout pour la daronne »). 

Ce problème n’est pas propre à la France. Le Royaume-Uni va d’ailleurs interdire aux personnalités de figurer dans les publicités de paris en ligne.

Le sport business en pleine crise

Quatrièmement, les scandales autour du foot business se multiplient, car ce modèle économique est en crise. Il n’est donc pas particulièrement fou de le remettre en cause. Après le fiasco Mediapro, le financement du football par les droits de diffusion bat clairement de l’aile. Le prix des abonnements a explosé, et les supporters capables de suivre les matchs se réduisent de plus en plus. Ce modèle économique interdit la diffusion des matchs au plus grand nombre, que ce soit pour le foot féminin, les petits clubs, mais aussi pour bon nombre de grandes affiches. 

La crise du foot business s’est manifestée aussi dans l’affaire de la Superligue. Ou celle de la Coupe du monde tous les deux ans, contre laquelle Kylian Mbappé avait fait une intervention remarquée. La recherche de profit met en danger la santé des joueurs, comme lors de l’Euro 2021, mais aussi le suspens et l’esprit de compétition sportive.

Comme Diego Maradona ou Rino Della Negra, les footballeurs peuvent prendre des engagements forts, car le sport n’est pas en dehors de la société, mais en plein dedans. Alors : merci à Kylian Mbappé d’ouvrir un débat nécessaire sur les paris sportifs.

Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde