Rédaction | Avant Garde
EDITO

Merci le service public !

Voilà  désormais près d’une semaine que la période de confinement a débuté. Une semaine, que chacune et chacun est invité à rester chez soi pour ralentir la propagation du coronavirus. Nos organisations en sont toutes chamboulées et nous essayons tant bien que mal de gérer le télétravail ou bien de suivre des cours dans ces conditions, si particulières. 

Cependant, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Derrière ces millions de Français confinés chez eux, il y a ces agents qui n’ont pas cessé le travail. Ce sont les héros du quotidien : les blouses blanches qui, nuit et jours sont en première ligne contre la maladie. Mais ce sont également ces agents des transports qui conduisent le personnel soignant. Ce sont aussi ces éboueurs, qui viennent chercher les poubelles le matin pour éviter qu’elles ne s’entassent. Ce sont ces enseignants qui continuent de faire cours depuis chez eux ou gardent les enfants des agents pendant qu’ils travaillent. 

Tous ces fonctionnaires que certains jugeaient comme des parasites vivant au crochet de la société il y a encore quelques semaines. Ils sont soudainement devenus des “héros” aux yeux de tous depuis le début de l’épidémie. Par leur dévouement au service public, ils permettent à la société de tenir le coup.

Oui, nous avons de la chance d’avoir encore un Etat social en France. Et cette crise vient tristement nous rappeler l’importance du service public. Les secteurs publics sont autant de secteurs d’activité qui ne répondent pas aux logiques de rentabilités mais qui répondent à un seul et même principe pour tous : servir l’intérêt général. 

Ainsi, après cette crise, nous n’aurons pas une dette mais une immense gratitude envers ces agents du service public. Et lorsque qu’un gouvernement osera dire qu’il faut supprimer des postes de fonctionnaires, ou privatiser une partie de ce qui fait notre État social, il nous faudra nous lever aux côtés de ces agents pour défendre notre bien commun.   

D’autres travailleurs qui ne font pas partie des services de l’état agissent aussi pour l’intérêt général. Ce sont ces caissières, ces ouvriers, ces chauffeurs routiers qui participent à ce que chacun puisse avoir de quoi se nourrir pendant cette période de confinement. A ces protagonistes de l’intérêt général aussi, nous ne le dirons jamais assez, mais merci !