Rédaction | Avant Garde
EDITO

Mobilisation jusqu’au retrait

Mardi 17 décembre est devenu une date historique. Pas moins de 1,8 million de personnes ont battu le pavé pour dénoncer le projet de réforme des retraites initiée par le gouvernement. C’est tout simplement la plus grande mobilisation depuis le début du quinquennat. La contestation ne cesse de s’intensifier de jour en jour. Les derniers sondages annoncent que de plus en plus de Français sont opposés à ce projet de réforme. Journée après journée les blocages, les piquets de grève ou encore les actions de péages gratuits ne cessent de se multiplier et de s’intensifier

face à la contestation massive contre ce projet de réforme qui semble faire l’unanimité dans la population, le gouvernement continue de faire la sourde oreille et refuse de répondre aux aspirations populaires. Les annonces d’E. Philippe de la semaine dernière ont eu pour seul effet de convaincre les derniers indécis sur les méfaits qu’allait entraîner la mise en place de cette réforme. À la suite de la mobilisation massive de mardi dernier, le gouvernement n’a même pas dénier lâcher un peu de leste sur sa réforme. Le gouvernement préfère ainsi aller au bras de fer avec les syndicats et devient le seul responsable des blocages pendant les fêtes. Il n’y a aujourd’hui guère plus que le MEDEF et le gouvernement pour défendre la réforme des retraites. Nous en sommes à un stade où même la CFDT et l’UNSA, qui ne sont pourtant pas les syndicats les plus virulents, appellent à de nouvelles dates de mobilisations. 

L’intersyndicale a posé une prochaine date de mobilisation nationale pour le 9 janvier. D’ici là, les grèves et les mobilisations vont continuer pendant les vacances. Pendant les deux semaines à venir, les grévistes ne vont rien lâcher et vont maintenir la pression sur le gouvernement. Tant que le gouvernement ne prendra pas ses responsabilités et ne retirera pas sa réforme, les mobilisations continueront. Désormais la seule chose de sensé que peut faire le gouvernement est d’enterrer la réforme une bonne fois pour toutes.