mosquee-de-poitiers-lislamophobie-ne-pouvait-restee-impunieFreepik
Vivre ensemble

Mosquée de Poitiers : l’islamophobie ne pouvait rester impunie

Plus de cinq ans après les faits, le groupuscule fasciste génération identitaire a été condamné pour ses dégradations sur la mosquée de Poitiers alors en construction.

Rappel des faits

Il est environ 6h du matin ce samedi 20 octobre 2012 où 73 membres du groupuscule fasciste « Génération Identitaire » décidèrent d’envahir le chantier de la future mosquée de Poitiers située dans la commune limitrophe de Buxerolles.

Perchés sur le toit ils en profitèrent pour brandir d’immondes banderoles appelant à la « Reconquista » (référence médiévale à la reprise de la péninsule ibérique par les chrétiens) ou faisant référence à 732, bataille ou Charles Martel aurait repoussé un raid arabe à Vouneuil-sur-Vienne (86) et qui est la source d’une multitude de fantasme dans les milieux d’extrême droite.

Cette occupation durera plusieurs heures avant qu’enfin les forces de l’ordre ne fassent évacuer les délinquants, un délai de quasiment sept heures qui leur laissera le temps d’uriner sur les tapis de prière et de détruire des éléments du toit.

Un verdict attendu

Il aura fallu attendre cinq ans avant de pouvoir assister à la condamnation de 5 des 73 délinquants qui voulaient prêcher leur haine de radicalisés et nous diviser. Quatre d’entre eux, dont nous ne ferons pas « l’honneur » de citer les noms viennent d’être reconnus coupables de provocation à la discrimination nationale, raciale, religieuses ainsi que de dégradations de biens d’autrui, commises en réunion.

Pour ces faits ils sont condamnés à 1 an d’emprisonnement avec sursis total, 2 ans de mise à l’épreuve, privation de tous les droits civiques pour 5 ans. En parallèle ils sont condamnés solidairement à verser 24 475€ à l’association des Musulmans de France pour les dégâts sur la mosquée, 3 000€ à l’association Communauté musulmane de Poitiers au titre du préjudice morale.

Le cinquième est lui considéré seulement complice est écope de 1 an avec sursis et 5 ans d’inéligibilité. En plus des cinq prévenus l’association Génération Identitaire a été reconnu coupable du délit de dégradation et condamnée à verser 10 000€.

Si nous ne sommes pas là pour juger la décision de la justice nous ne pouvons que soutenir la décision du tribunal dans ces choix même s’il aurait été nécessaire d’atteindre le palier maximum permis par la loi et donc de prononcer des peines de prison ferme.

Groupuscules fascisants, menace nationale

Ce procès, dont Génération Identitaire a tenté de faire une tribune politique pour leur thèse nauséabonde et la démonstration de la place grandissante des groupuscules d’extrême droite dans le paysage politique français qui se concrétise par une augmentation des violences à caractère raciste trop souvent impunies.

Face à cette menace intérieure dont le but affiché et le renversement de l’état de droit, la destruction des grandes lois de la République (loi de 1905 par exemple) ; avec comme moyen d’action la violence permanente à l’encontre de toutes les « minorités » et tous les progressistes.

Leur combat est également un révisionnisme total de pans entiers de l’histoire française et européenne afin de semer la division et le chaos au sein de la population en France. Il est plus qu’urgent que l’Etat français interdise définitivement ces groupuscules et utilise les lois prévues à cet effet comme celle sur les ligues de 1936.

En finir avec les historiens de caniveaux et les théoriciens du pire

En parallèle il serait de bon ton que l’Etat prenne enfin en compte le danger que présente le révisionnisme historique portée médiatiquement par des pseudos historiens qui par leurs « travaux » cherchent à réhabiliter ou à pervertir des éléments de l’histoire de France comme c’est le cas pour la bataille de 732, la figure de Jeanne d’Arc ou l’image de la monarchie.

C’est sur ce terreau que prospère ces délinquants au crâne rasé qui réutilisent ces thèses afin de promouvoir le projet politique d’une France blanche et catholique comme elle l’aurait été précédemment.

Il est du rôle de l’Etat, de l’école de rappeler partout que l’histoire de France, l’histoire de l’Europe ne peut pas se satisfaire de cette vision simpliste et tronquée mais qu’au contraire nous sommes le produit d’échange permanent pendant des siècles entre des populations d’origines multiples, de rencontres entre cultures différentes, qu’au final nous sommes le produit d’un syncrétisme millénaire et permanent.

Il est d’ailleurs à noter que la légende dit que les excellents abricots qui poussent à Vouneuil-sur-Vienne, et nulle part ailleurs dans la région, nous les devons aux différentes incursions arabes lors de la seconde moitié du premier millénaire et peut être même à celle de 732.