Fabien Roussel a dénoncé l'évasion fiscale devant l'autorité des marchés financiers à ParisRédaction | Avant Garde
Vivre ensemble

Opération « Gros Poissons » : récit d’un happening contre la fraude fiscale

Le vendredi 1er avril, le Parti communiste français a organisé une « opération gros poissons » devant l’Autorité des marchés financiers pour parler du poids de l’évasion fiscale. Dans un contexte d’affaire McKinsey et de Rothschild gate. 

Préparatifs

Le PCF a mobilisé un grand nombre de militants. Le rendez-vous était donné à 17 h 30 au siège du parti, 2 place du Colonel Fabien. Les camarades sont nombreux et impatients. Un rideau rouge semble masquer un tableau. Olivier Marchais, directeur de la campagne de Fabien Roussel, arrive, il prend la parole et le rideau tombe.

On y voit un plan du quartier de la Bourse, avec les rues, des photos de l’AMF, de Bernard Arnault et un drapeau du Luxembourg. L’objectif est clair. Bloquer une partie de la place avec une combinaison rouge et un masque du candidat à la présidentielle. Pendant que celui-ci exposera son plan de lutte contre l’évasion fiscale devant cent sacs de billets. Ceux-ci représentent les 100 milliards d’euros que coûte l’évasion fiscale tous les ans.

Dans la salle, l’ambiance est électrique. Les militants sont ravis, Oliver Marchais copieusement applaudi. La consigne est claire : on part en petits groupes et on n’enfile pas l’accoutrement avant le signal sonore.

Exécution

Une fois sur place, on discute, on attend, on s’impatiente. La tension monte. Au signal, on se rassemble devant l’AMF, on enfile la tenue et Fabien Roussel arrive. Il dénonce dans un discours fort éloquent la passivité du gouvernement sur ce problème et invite à l’élargissement de la liste des paradis fiscaux, en incluant ceux qui font partie de l’Union européenne comme le Luxembourg ou Chypre.

« J’accuse les fraudeurs fiscaux de piller la République, les services publics », lance-t-il. « Les vrais paradis fiscaux, ceux qui se trouvent dans l’UE ne figureront jamais sur la liste établie par l’Union européenne. Président de la République, j’établirai une vraie liste des paradis fiscaux et nous mettrons fin à la fraude et à l’optimisation fiscale. » 

Dans un contexte d’affaire McKinsey, il rappelle le travail des élu.e.s communistes dans cette lutte. « À Chypre, on peut s’acheter la citoyenneté européenne pour 2 millions d’euros. Mille oligarques russes ont bénéficié de ces golden visas. Président de la République, j’en demanderai la liste ! »