Rédaction | Avant Garde
A LA UNE Éducation

Face à la réforme du bac, la parole aux lycéennes et lycéens de Seine-Saint-Denis

Alors que le Ministre de l’Education Nationale, Jean-Michel Blanquer a refusé d’écouter les nombreuses critiques contre sa réforme du bac, nous sommes allé à la rencontre de (futurs) lycéennes et lycéens de Seine-Saint-Denis pour leur donner la parole.

Lovepreet, 17 ans, actuellement en 2nd générale il souhaiterait poursuivre avec une première générale (Bagnolet)

Les soucis qui se posent dans le nouveau bac, tout d’abord c’est que, dans certains lycées, il y’a pas toutes spécialités. On sait d’ores et déjà qu’en moyenne un lycée parisien en aura 10 à proposer tandis qu’un lycée de banlieue 6 ou 7.  Ce qui va renforcer les inégalités territoriales fortes . Par exemple, j’ai des amis dans le département du 17 qui n’auront pas les 7 spécialités promis par le ministère. Cette erreur a été signalé au rectorat de Poitiers, dont le directeur de cabinet a préféré ironiser que de faire quelque chose pour les lycéen·ne·s de ces bahuts.

En plus, on ne sait pas si on sera pris·e dans les trois spécialités qu’on a choisies puisqu’il y’a peut être un manque de place, car certaines spécialités risquent d’être surchargées. On a entendu dire que des élèves de notre lycée ont vu leur choix de spécialités refusés dans le lycée car la combinaison des trois n’allait pas alors que c’est justement fait pour casser les filières.

Enfin, un dernier problème flagrant qui va avec les inégalités territoriales : les spécialités ne sont pas dérogatoires. Ça veut dire qu’un·e élève dont le secteur est un lycée avec seulement maths/physique/SVT/Sciences de l’ingénieur pourra être extrêmement mauvais en sciences, il n’aura pas le droit de changer de lycée, ce qui est préoccupant étant donné que les lycées pauvres en spécialités sont soit a la campagne, soit dans des quartiers défavorisés.

Kadidja, 16 ans,  actuellement en 2nd générale, elle souhaiterait poursuivre avec une première technologique (Montreuil)

C’est stressant car ça va être compliqué pour l’orientation après le bac, en tant qu’habitant de banlieue on risque encore d’être moins privilégié que les autres.  Moi je vais faire un bac STMG et je ne sais pas trop quelle incidence ça a pour l’instant sur les bac technologiques mais ça ne change pas trop puisque nous n’avons pas à choisir nos matières en plus d’un tronc commun. Mais je sais que le bac n’est plus un diplôme national et que ça sera en contrôle continu et peut-être que ça va nous être défavorable.

Au début de l’année il était prévu qu’une personne vienne régulièrement nous expliquer la réforme du bac (une fois par semaine), cette personne n’est jamais venu ce qui nous laisse dans l’ignorance un peu.

La réforme du bac m’a poussé a m’orienter dans une filière technologique car les filières générales étaient trop abstraites à cause de la réforme.

Lydia,  actuellement en 2nd générale, elle souhaiterait poursuivre avec une première générale (Pantin)

Moi je trouve que la réforme ne va faire que rendre le bac plus difficile, avec trois épreuve qui ont un gros coefficient (coeff 16) ça nous enferme car on doit choisir dès la seconde nos matières principale au bac. On nous oblige un peu à choisir notre avenir. les anciens bac étaient un peu moins spécialisé.

Le contrôle continu est un avantage car ça fait que le bac ne repose pas sur une semaine d’épreuve mais sur un travail de deux ans. Parcontre ce qui est dommage c’est que nous ne sommes pas tous à Henri VI et que la réputation de nos lycées n’est pas la même donc ça peut donner lieu à des discriminations.

Anissa, 15 ans, actuellement en troisième (collège), elle souhaite faire une seconde générale (St Denis)

L’ancien bac était plus simple pour se repérer avec les filières, t’avais 3 choix différents : S, ES ou L.

Mais il  y a un avantage avec la nouvelle réforme, c’est plus de liberté pour les lycéens et ils peuvent prendre les matières qu’ils préfèrent, mais pour les gens qui ne savent pas quoi faire c’est compliqué, on les oblige un peu à se spécialiser alors qu’avant on avait ES qui était une filière assez générale.

Moi je connais des lycéens qui m’avaient conseillé certaines filières avant la réforme. Mais pour l’instant on a aucune information sur la nouvelle réforme car personne ne l’a expérimenté. Pour ceux qui vont être les premiers c’est compliqué.

Le contrôle continu pour le bac, ça peut être bien comme ça on prend en compte tous les efforts que tu as fait pendant deux ans, pour les gens en difficulté ça peut être intéressant. Par contre pour les ZEP ça peut être un inconvénient.

Moi j’irai pas à Henri 4 même si j’en ai envie, mais si on commence a ne pas avoir le même bac qu’eux c’est compliqué, et les fac auront d’autres raisons de nous discriminer.

Quand je pèse le pour et le contre, je me rends compte que la réforme n’est pas une bonne idée car au fond ça renforce les inégalités.