simulateur-dindemnites-de-licenciement-abusif-gouvernement-nique-justiceCapture d'écran site service-public.fr
Social-Eco

Simulateur d’indemnités de licenciement abusif : Le gouvernement nique la justice

Certains ont pu penser que le Président de la République était indécent lorsqu’il a qualifié ses détracteurs de « fainéants, cyniques et extrêmes ». Il en a été de même lorsqu’il a considéré que des salariés sous la menace d’un plan social « feraient mieux de chercher du boulot plutôt que de foutre le bordel ». Le sommet de l’indécence n’avait pourtant pas encore été atteint.

Un simulateur de calcul du coût du non respect de la loi

On avait bien senti que le Président de la République avait un petit côté rebel quand il a fait remarquer qu’il reconnaissait les odeurs de cannabis en Guyane. Ce dont on ne se doutait pas c’est qu’il s’agissait d’un dangereux agitateur prônant le non respect des lois.

Le site www.service-public.fr qui propose un certain nombre de services numériques relatifs aux services publics dispose d’une rubrique simulateur. Cette dernière permet notamment de calculer le coût d’une carte grise, de ses impôts sur le revenu, etc. Depuis peu le site permet également de calculer le coût de l’indemnité à laquelle une entreprise peut être condamné pour licenciement abusif.

Un site internet animé par l’Etat propose donc de calculer en amont combien coûte le non respect des lois dont l’Etat est le garant.

Une illustration du mépris de ce gouvernement  pour les salariés

Cette mesure est l’une des plus décriée des ordonnances sur le code du travail décidé par Macron au cours de l’été. En plafonnant l’indemnité pour licenciement abusif, surtout à des seuils aussi bas, c’est un véritable permis de licencier abusivement que le gouvernement a donné au patronat.

Lire Aussi : Loi Travail XXL : Tous pouvoirs au patronat

En mettant en ligne ce simulateur, c’est une véritable incitation au non respect des normes en vigueur. L’indemnité pour licenciement abusif n’est pas une somme à laquelle le salarié licencié a légalement droit. Il s’agit d’une somme venant réparer le préjudice subi par un salarié qui a été licencié en dehors du cadre légal prévu.

Il n’y a jamais eu d’illusion sur le caractère social de ce gouvernement. On ne peut toutefois qu’être extrêmement surpris par l’indécence que constitue ce simulateur. Cet outil numérique est une nouvelle illustration du profond mépris pour les salariés que porte ce gouvernement. C’est une démonstration de force de la part d’une bourgeoisie victorieuse.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde