CC0 | Domaine Public
INTERNATIONAL

Statu-quo après les élections en Israël

Après des premières élections législatives en avril où aucune majorité ni pour Benjamin Netanyahu ni pour Benny Gantz n’avait pu ressortir, 5 mois plus tard le second scrutin semble donner les mêmes résultats. 

Benny Gantz, ancien chef des armées et son parti Bleu blanc de centre droit remportent 33 sièges sur les 120 que compte le parlement israélien. C’est seulement un de plus que Netanyahu et son parti le Likoud qui occupera 32 sièges à la Knesset. Les résultats sont donc les mêmes que ceux qui avaient conduit Netanyahu à dissoudre l’Assemblée et à organiser de nouvelles élections. Personne ne souhaite une troisième élection, c’est pourquoi dans les jours qui viennent les partis vont devoir jouer des alliances afin d’obtenir une majorité au Parlement.

En effet en Israël c’est le Président qui consulte les député·e·s élu·e·s pour choisir un chef de gouvernement qui composera son équipe en choisissant ses ministres. Il faudrait pour l’un ou pour l’autre des protagonistes rallier 30 autres député·e·s à son camp pour obtenir une majorité, 61 député·e·s donc, qui lui permettrait d’obtenir la direction du gouvernement. 

La troisième force en tête se renforce après le premier scrutin puisque la joint list, coalition des partis arabes, défenseurs des droits des palestinien.ne.s gagne 3 député·e·s par rapport au résultat d’avril. Leur nombre de député·e·s, dont parmis eux des communistes, s’élève donc à 13 faisant d’eux la première réelle force d’opposition du pays. Bien que ce ne sont pas vers eux que Gantz et Netanyahu vont porter leurs espoirs de coalition, ceux ci ont annoncé qu’ils s’opposeraient à une année de plus de règne de Netanyahu sans pour autant soutenir directement Gantz. 

Même avec l’alliance des listes arabes pour Gantz et des listes religieuses ou d’extrême droite pour le Likoud, pour l’instant aucun des deux ne semblerait réussir à dégager une majorité. Enfin, Netanyahu a déjà appelé son rival Gantz à une grande coalition, tout en attaquant cependant les listes arabes. Il demande la formation d’un gouvernement d’union nationale, afin de sortir de l’impasse. Seulement tous deux veulent en prendre la tête, Gantz avançant sa courte majorité comme légitimité. Les consultations du président sur le choix du premier ministre devraient démarrer ce dimanche. 

Toutefois si une nouvelle victoire de Netanyahu serait terrible, lui qui a joué toute sa campagne sur des promesses de nouvelles annexion de la Cisjordanie, il y a peu à attendre de Benny Gantz qui fut le directeur des opérations meurtrières à Gaza à en 2014. Toutefois, la population arabe du pays pourra désormais compter sur une coalition plus forte de la joint list qui redonne l’espoir d’une union plus grande.