Rédaction | Avant Garde
FRANCE

Entretien avec Theodore Tardito, Candidats aux élections législatives à Paris

Dans le cadre de la campagne des élections législatives, nous donnons la parole aux candidats qui veulent porter la voix de la jeunesse, du progrès et de l’espoir.

Theodore Tardito a 22 ans, il est à la fois étudiant et jeune travailleur, en 1ère année de Master informatique et informaticien dans le privé. Il est candidat suppléant dans la 12ème circonscription de Paris. Et enfin il est responsable à l’organisation de la fédération des jeunes communistes de Paris.

Avant Garde : Pourquoi es-tu candidat aux élections législatives ?

Theodore Tardito : Je suis candidat pour un renouveau de la politique en France. Que ce soit par rapport à mon âge ou par rapport à mes idées. Depuis plus de 20 ans les mêmes ont mis en place les mêmes politiques de rigueurs qui ont précarisé les plus faibles augmentant ainsi les inégalités. Ma candidature est celle d’un jeune énervé contre un système profondément injuste et nuisible à notre futur.

AG : Quels sont pour toi les grands chantiers du quinquennat à venir ?

TT : Les plus grands enjeux seront de réduire les inégalités, faire baisser le chômage et surtout arrêter la casse du code du travail. Pour ces grands défis soit réussi, aucune des propositions libérales de Macron ne doit être appliquée. Son projet est de casser, détruire tous les combats menés par le passé, ce qui fait notre modèle social, nous devons tout faire pour l’empêcher ! Et cela passe par l’entrée du peuple à l’Assemblée.

AG : Et Pour les jeunes ?

TT : La précarité chez les jeunes, que ce soit des étudiants ou des jeunes travailleurs, est de plus en plus dure. Nous avons l’impression d’être la génération sacrifiée. Avec un chômage de 23% chez les jeunes, il faut des mesures urgentes pour les aider ! Avec 1 étudiant sur 3 qui arrête les études en 1ère année quand il travaille à côté, il leur faut des protections qui leur permettront d’être en sécurité pendant leurs études.

AG : De nombreux jeunes sont déçus du résultat de l’élection présidentielle et de la politique gouvernementale qui s’annonce, quel message leur adresses-tu ?

TT : La campagne présidentielle a montré un fort engagement chez les jeunes pour la gauche radicale et le changement. Cela s’est vu dans les urnes vu que le vote Mélenchon est le 1er vote de la jeunesse ! Je veux leur dire que le combat n’est pas fini, les élections législatives vont vraiment donner le pouvoir à une famille politique. Soit ceux qui veulent la mort de notre système social ou ceux qui veulent renforcer nos acquis et en avoir de nouveaux. Les jeunes ont encore leur mot à dire le 11 et le 18 juin en votant pour les candidats issus de leur classe  sociale.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde