Rédaction | Avant Garde
EDITO

Un an de prison ferme pour Nicolas Sarkozy : la justice renforcée

Coupable ! Ce lundi, Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis. C’est la première fois dans l’Histoire de la Ve République qu’un ancien Président écope d’une peine de prison ferme. Ironie du sort, le Président et ancien Ministre de l’Intérieur qui trouvait la justice trop laxiste se retrouve condamné à un an de prison ferme. 

L’homme qui voulait “nettoyer les cités au karcher” a été pris la main dans le sac pour corruption d’un magistrat.

Suite à cette décision de justice, nous avons vu fleurir des soutiens à l’ex-Président venant des rangs de la droite et du monde de la finance dénonçant une instrumentalisation de la justice. C’est en réalité tout le contraire, c’est bien parce que la justice a su garder son intégrité qu’une telle décision a pu être prise. La droite semble plus prompte à dénoncer une justice laxiste lorsqu’il s’agit de réprimer la petite délinquance que lorsqu’il s’agit de sanctionner celle comise par ceux en “col blanc”. La justice ne doit-elle donc pas être la même pour toutes et tous ? Une nouvelle preuve manifeste de l’hypocrisie des discours politiques de la droite sur la justice. 

Mais ne leur en déplaise, nous sommes toujours dans un état de droit. La justice doit être la même pour toutes et tous. Et à ce titre, on ne peut pas dénoncer la justice comme étant laxiste un jour et répressive le lendemain. Ainsi, l’été dernier, Christian Jacob annonçait sur CNEWS que “la justice ne se faisait pas sur les réseaux sociaux” et que les juges étaient indépendants tout en faisant et disant l’inverse aujourd’hui. 

La justice ne peut pas être indépendante quand les décisions nous sont favorables et le contraire quand ce n’est pas le cas. Les Républicains se retrouvent pris dans leur propre piège. La justice a fait son travail et a rendu sa décision en toute indépendance. 

Au bout du compte, les Nicolas Sarkozy ou autre Patrick Balkany se retrouvent sanctionnés pour leur pratique de barbouzes. Les délinquants ne sont pas nécessairement là où on le croit. À l’instar de Neuilly sur Seine ou de Levallois Perret, il semblerait que certaines villes de banlieues à l’apparence bien calme concentrent finalement des viviers de délinquants. 

Aujourd’hui, la justice affirme que les cols blancs ne peuvent pas outrepasser la loi en toute impunité. En ce sens, cette décision est une véritable bouffée d’oxygène pour la justice. Suite à de nombreuses critiques parfois légitimes dont elle a fait l’objet, elle vient de démontrer que nul n’a le droit d’outrepasser la loi. Maintenant, il faut que cela suive des faits. Si la justice doit être la même pour toutes et tous, il doit en être de même pour l’application des sanctions.