Rédaction | Avant Garde
EDITO

Un tour de chauffe réussi pour une nouvelle réforme des retraites

Mardi dernier a eu lieu la première manifestation contre le projet de réforme des retraites initié par le gouvernement.  Pas moins de 150 000 manifestants ont défilé dans toute la France pour cette première journée de mobilisation. Cette réforme ne convient pas pour plusieurs raisons, en voici les deux principales. 

La première est le plafonnement de l’enveloppe globale destinée aux retraites. Ce qui, avec le vieillissement de la population, va mécaniquement diminuer les pensions. 

La deuxième est le passage de la retraite par points, c’est le fameux un euro cotisé est égal à un euro de droit. Avec ce nouveau mode de calcul, l’ensemble des années de cotisations seront prises en compte, alors que seules les 25 meilleures années le sont dans le système actuel. Cela va particulièrement toucher ceux qui sont le plus exposés aux bas salaires et aux emplois précaires à savoir les femmes et les jeunes. Pour résumer, avec cette réforme ça sera travailler plus longtemps pour gagner moins.

Face à cette réforme, le statu quo ne peut pas non plus être la solution. Au lieu d’augmenter la durée de cotisation comme le prévoit la réforme, il existe d’autres possibilités pour financer les caisses des retraites. 

Tout d’abord, en allant chercher l’argent là où il est. Chaque année, l’argent versé aux actionnaires bat de nouveau records. Par conséquent cela signifie que l’argent existe.  Plutôt que de verser les bénéfices des entreprises aux actionnaires, cet argent devrait servir à augmenter les salaires ce qui permettrait d’augmenter les cotisations perçues. Ensuite, si les salaires des femmes étaient simplement alignés sur ceux des hommes, cela permettrait d’accroître drastiquement les cotisations qui rentreraient dans les caisses de retraites. 

Enfin, toutes ces nouvelles cotisations grâce à l’augmentation des salaires permettraient, in fine, une nouvelle réforme des retraite qui au lieu de faire travailler plus longtemps permettrait, entre autres, un retour de l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans comme le demande l’écrasante majorité des français et même qu’aucune pension ne soit inférieure à 1 500€ par mois.  

La journée du 24 septembre en appellera d’autres. Ce n’était qu’un tour de chauffe. On se tient prêt et on se dit à très vite dans la rue !