vision-femmes-entre-tradition-reactionDomaine Public | CC0
Vivre ensemble

Fillon: une vision des femmes entre tradition et réaction

Lorsque l’on pense à François Fillon et aux droits des femmes, au féminisme, survient tout de suite le souvenir de cette déclaration si subtile de 2015 où il nous expliquait que « la France n’était pas à prendre parce que ce n’était pas comme une femme ». Alors dans son programme en lisant « qu’il a souvent manifesté l’importance qu’il accorde aux femmes dans la société » on est en droit de se poser quelques questions… On se souvient également de sa position sur l’avortement : le 22 juin dernier, il déclarait que la qualification de “droit fondamental”, n’est pas l’expression à utiliser à propos de l’avortement.

Pour Fillon, les femmes doivent surtout être des mères

Dès la lecture des trois enjeux fondamentaux, la conception des femmes pour François Fillon saute aux yeux : ce sont d’abord des mères. Premier enjeu : « des mesures en direction des mères isolées », deuxième enjeu : « la nécessité de lutter contre les violences faites aux femmes et de garantir la protection des enfants ». Les droits des femmes et les conquêtes à mener sont donc selon lui indissociable de la famille, du rôle de mère. La touche Manif pour tous se ressent fortement.

Personne ne conteste la nécessité de prendre des mesures pour améliorer la vie des mères isolées et pour protéger les enfants mais les femmes ont des revendications qui leur sont propres et qui ne sont pas liées à leur potentiel rôle de mère. Toute la première partie de son projet pour les femmes se concentre sur la famille.

Des propositions vides de sens

Ensuite ce qui choque c’est que son programme est constitué à plus de 75% de constats évidents, de banalités sur une situation que les femmes connaissent déjà toutes. Les propositions ne sont pas détaillées et finalement on a légèrement l’impression que François Fillon découvre leur quotidien et leurs problèmes spécifiques.

Si on lit que François Fillon serait pour créer un travail pédagogique sur le respect des femmes, on se demande alors pourquoi ses alliés de la Manif pour tous se sont tant opposés à l’ABCDaire de l’égalité dans les écoles ? On sent l’effet d’annonce et la promesse électorale type comme bien d’autres de ses propositions.

Les verbes utilisés pour étayer les propositions de François Fillon révèlent la fragilité et l’imprécision de son projet : renforcer, encourager, développer, suivre, vérifier, intensifier… Où sont clairement les chiffres, les mesures concrètes ?

Femme et islam: un amalgame douteux

De plus, avant d’arriver à la protection de l’enfance (dont les mesures sont davantage sécuritaires et répressives que progressistes), on tombe sur le point concernant « l’islam radical ». Déjà que la protection de l’enfance n’était pas des plus pertinentes dans un projet pour les femmes mais la question de l’islam paraît encore plus étrange… L’islam radical serait donc une des principales menaces qui cible les femmes. Ce qui est d’autant plus intéressant c’est qu’alors que Fillon fait l’effort d’écrire « les femmes » partout dans son projet, dans cette partie il se met à essentialiser « la femme ». Comme s’il défendait un modèle de femme type qui serait incompatible avec l’islam.

La menace pour les femmes ce n’est pas l’islam ce sont toutes les instrumentalisations et les remises en cause de leurs droits fondamentaux, que l’on soit musulmane, athée, chrétienne ou juive, un projet politique doit s’appuyer uniquement sur notre statut de citoyenne et ce projet doit trouver les moyens nécessaires à rendre l’égalité juridique effective. Cette partie sur l’islam sert à faire peur, elle est écrite de façon anxiogène et l’on voit bien que Fillon instrumentalise le droit des femmes tout autant que ceux qu’ils dénoncent.

Plus c’est gros, plus ça passe

Pour finir, le projet nous parle d’appliquer une tolérance zéro du sexisme en politique et de s’engager à mettre en place des mesures législatives et une politique pénale pour exclure de leur mandat et rendre inéligible tout élu ou membre de l’exécutif dans les cas de harcèlement sexiste ou d’agressions sexuelles avérées. Beaucoup de féministes et femmes souriront en lisant cela : paroles, paroles…

Des effets d’annonce, des constats, des banalités, des confusions, de l’instrumentalisation, le projet de François Fillon est bien pensé en terme de communication politique mais sur le fond, il manque clairement d’honnêteté et de volonté politique.