10-octobre-dates-de-mobilisations-saccumulentBlocage de la raffinerie de Donges en 2016 - Rédaction | Avant-Garde
Social-Eco

10 octobre, les dates de mobilisations s’accumulent

Après les appels interprofessionnels des 12 et 21 septembre, aujourd’hui mardi 10 octobre ce sont les fonctionnaires qui sont appelés à la grève avec le premier appel unitaire depuis 10 ans.

Parallèlement, hier soir la CGT a appelé à la grève le 19 octobre après une réunion intersyndicale qui n’a pas permi de mettre tout le monde d’accord, le prochain rendez-vous entre les centrales est fixé au 24 octobre.

Le 10 octobre une mobilisation qui s’annonce suivie

Selon la FSU, centrale syndicale de la fonction publique particulièrement puissante chez les enseignants, la grève s’annonce particulièrement suivie chez ces derniers avec de nombreuses fermetures d’écoles.

Par ailleurs, des lycéens ont débuté tôt ce matin des opérations de blocage de leur établissement un peu partout en France. Quelques facs devraient également être perturbées par de telles actions.

La Direction Générale de l’Aviation Civile a invité les compagnies à réduire de 30% le nombre de leurs vols en raison du mouvement de grève de ces agents.

La SNCF ne devrait être en revanche que peu impactée. La CGT, première organisation syndicale, n’ayant pas déposé de préavis de grève à l’inverse de Solidaires et la CFDT. Elle invite ses militants à rejoindre les cortèges par solidarité.

La fonction publique hospitalière devrait être mobilisée assez largement. Les praticiens ayant appelé à rejoindre les personnels soignants dans leur mobilisation, ce qui est peu fréquent. Ils dénoncent outre les dégradations salariales, l’asphyxie budgétaire des hôpitaux.

Quelques syndicats minoritaires des forces de l’ordre ont également déposé des préavis de grève.

Le 19 octobre vers la convergence public-privé ?

La journée de mobilisation du 19 appelée par la CGT est dirigée contre les ordonnances sur le code du travail. Le mot d’ordre est toutefois également élargi à la question de la protection sociale, mais aussi aux réformes fiscales en cours.

De quoi rejoindre les revendications des fonctionnaires sur la hausse de la CSG et plus largement celles des services publics. Le premier syndicat de France pose également la question de la suppression des emplois aidés dans son appel pour jeudi prochain.

Un pas que ne semble pas prêtes à faire les autres grandes centrales syndicales. Les directions de la CFDT et de FO déjà engagées dans la mobilisation des services publics pourraient s’y voir contraintes par leurs bases particulièrement remontées contre la loi travail XXL.

Plusieurs syndicats tout en estimant prématuré de lancer un appel dès hier, souhaitent toutefois que la réunion intersyndicale du 24 permettent décide une date unitaire en novembre.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde