120-battements-par-minuteAffiche du Film
CULTURE

120 BATTEMENTS PAR MINUTE

120 battements par minute est un film français de Robin Campillo qui sortira le 23 août. Il retrace les actions d’Act UP, association de lutte contre le SIDA dans le Paris des années 1990. Il fait alors sensation au Festival de Cannes cette année où il a conquis le cœur du public et du jury qui lui accorde le Grand Prix.

Act up

Act Up Paris est une association de lutte contre le SIDA fondée en 1989 par Didier Lestrade, Pascal Loubet et Luc Couvin, sur le modèle américain de Act UP New York.

L’association s’est fait connaître par des actions coup de poing à forte portée médiatique pour faire entendre sa voix et en réclamant un agissement de la part des autorités publiques. Ils ont agi sur la prévention du VIH mais ont aussi fait pression pour les laboratoires pour obtenir un traitement afin de limiter les effets de la maladie. Il faut rappeler qu’à l’époque, on ne connaissait très peu le fonctionnement du virus qui était et est toujours aujourd’hui difficile à combattre.

Le film

4 ans après Eastern Boys, Robin Campillo d’abord scénariste (Entre les murs de Laurent Cantet), revient fort avec son 2ème film.

Porté par de jeunes acteurs attachants et d’une énergie communicative, 120 battements par minute impressionne par sa justesse. Nathan (Arnaud Valois) arrive pour la 1ère fois à une réunion d’Act UP Paris, contrairement aux autres il est séronégatif, il y rencontre Sean (Nahuel Perez-Biscayart) lui séropositif.

On voit alors évoluer ces jeunes militants d’Act UP, mener des actions de grandes envergures, jeter de fausses poches de sang dans des laboratoires ou encore organiser un cimetière géant place de la République à Paris.

Au-delà des actions, 120 battements par minute montre comment sont organisées ces dernières à travers les nombreuses séances de discussions lors des assemblées générales, toujours dans un naturel saisissant.

Le scénario, finement écrit nous fait traverser toutes les émotions, des rires aux larmes devant ce combat pour la vie.

Mon avis

C’est alors un film militant, un film choral où tous les acteurs, même novices forment une seule et même entité à travers leur combat commun.

Engagé artistiquement aussi, rythmé par de magnifiques scènes en boite de nuit, où les personnages se retrouvent le soir en écoutant la techno des années 1990, évidente référence au titre.

120 battements par minute est donc un grand film bouleversant, une « claque » au cinéma qu’on aimerait avoir plus souvent. A voir de toute urgence !