Rédaction | Avant Garde
INTERNATIONAL

Pour le secrétaire général de l’OEA, Israël est une démocratie, pas le Venezuela

Lors d’une récente visite en Israël, le secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Almagro, n’a pas tari d’éloges envers ce pays. Une attitude surprenante, qui tranche avec sa dénonciation obsessionnelle de la « dictature » au Venezuela.

Se réunissant avec le président israélien Reuven Rivlin, il a ainsi déclaré que c’était « un honneur qu’Israël soit un ami des Amériques ».

Poursuivant son périple, il a par la suite affirmé au cours d’une conférence devant le Congrès juif mondial à Jérusalem :

« en tant qu’amis, Israël et les Amériques partagent des valeurs-clefs, comme la démocratie et les droits humains. Nous avons des opportunités pour apprendre les uns des autres ».

A la suite de diverses rencontres avec divers dirigeants et parlementaires, Almagro a conclu sa visite par un vibrant hommage :

« Israël représente l’incroyable exemple d’un peuple surmontant d’extraordinaires difficultés pour construire une société prospère et vibrante, enracinée dans les principes de liberté et de démocratie ».

Le secrétaire général de l’OEA reprend donc à son compte la rhétorique néo-conservatrice et impérialiste présentant Israël comme « seule démocratie du Moyen-Orient », au moment même où le gouvernement de Nétanyahou, mène une violente politique d’extrême-droite de négation des droits des Palestiniens, accélérant la colonisation et approfondissant l’occupation, dans une violation du droit international condamnée presque unanimement par les peuples et les États du monde.

Lire aussi : Vénézuela, nouveau laboratoire de l’impérialisme

Celui pour qui le Venezuela serait une dictature contre laquelle il faudrait prendre des sanctions – allant jusqu’à soutenir ouvertement les actions de l’opposition et à demander la chute du gouvernement –  montre ainsi la véritable nature de son action : servir les intérêts de l’impérialisme, sous le masque usé de la défense de la démocratie et des droits humains.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde