amerique_rougeAvant Garde | Rédaction
INTERNATIONAL

Il était une fois l’Amérique rouge

Bernie Sander à la suite de sa campagne présidentielle a créé son mouvement baptisée Our Revolution (Notre Révolution). Cette nouvelle organisation a autant un but interne au Parti Démocrate que l’objectif de peser dans la société américaine.

Une force accumulée pendant la campagne présidentielle

Rappelons le, Bernie Sanders a été candidat à l’investiture du Parti Démocrate. Candidat sans réelle chance de l’emporter au départ il est cependant devenu au fil de la campagne un outsider sérieux face à Hillary Clinton. Il s’est surtout imposé comme étant un candidat proche du peuple, des travailleurs mais surtout des jeunes. Au niveau national il était crédité de 46% des voix des jeunes démocrates contre 35% pour Clinton.

Dans certains États il a même écrasé Clinton comme dans l’Iowa où il a raflé 80% des voix des moins de 30 ans.

Malgré sa défaite au final contre Hillary Clinton, cette campagne l’a donc renforcé et lui a permis de devenir un personnage populaire et incontournable du paysage politique américain.

Un enjeu important chez les démocrates

Bernie Sanders à propos de l’élection présidentielle américaine :

« Ce n’est pas Donald Trump qui a gagné cette élection mais c’est le parti démocrate qui a perdu cette élection »

Pour l’ex candidat le constat est clair. S’il avait été en face de Donald Trump, ce dernier ne serait pas président. Et tous les sondages publiés durant la campagne lui donnait raison.

Prenant les leçons de cet épisode malheureux Sanders veut donc réformer son parti en profondeur. Il veut que son parti ne soit plus :

« le parti de l’élite libéral mais un parti qui représente les travailleurs de ce pays »

Son pari est donc clair, continuer et amplifier la dynamique créé pendant l’élection présidentielle au sein de son propre parti.

Sa révolution pour les États-Unis.

Sanders ne reste pas bloqué seulement dans des enjeux internes et continue à donner son avis sur son pays. Pour cela il continue sa plaidoirie contre les ultras riches.

Et pour cela il va même jusqu’à dire :

« [Nous sommes en] guerre contre les 1% de la population, les milliardaires qui en veulent toujours plus […] Et c’est eux qui sont en train de détruire les États-Unis»

 

Sanders et ses soutiens veulent donc imposer leur Révolution.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde