coupe-monde-de-nombreux-espoirs-grand-absentCapture d'écran
SPORT

Coupe du monde : De nombreux espoirs et un grand absent

Depuis le 10 octobre c’est officiel, l’Équipe de France de football participera bien à la prochaine Coupe du Monde qui aura lieu du 14 juin au 15 juillet 2018 en Russie.

Après avoir effectué un parcours marqué de plusieurs matchs en demi teinte, à l’image de celui de la qualification contre la Biélorussie, la nouvelle génération des bleus reprend donc le chemin d’une compétition internationale.

Un potentiel exceptionnel

Deux ans après l’épopée qui l’avait emmenée en finale de l’Euro, ici même, en France, c’est avec un potentiel très impressionnant que les tricolores prendront l’avion. En effet, difficile de ne pas voir dans cette Équipe de France tous les talents dont elle regorge.

Nous sommes une des seules équipes à pouvoir revendiquer de posséder à chaque ligne de jeu, des joueurs qui règnent parmis les meilleurs mondiaux à leurs postes. Le nombre de joueurs évoluant dans des grands championnats et même ayant remporté des titres avec les plus grands clubs est impressionnant.

Mbappé, Pogba, Griezman, Dembele, Varane, Matuidi, Rabiot, Kanté, Lacazette, Tolisso, Lloris,  la liste est à rallonge, reste maintenant à réussir à les faire jouer ensemble et surtout à gagner en régularité. Il est vrai que les dernières compositions alignées sont parfois surprenantes tant elles peuvent changer et donc bousculer des automatismes. La richesse de l’effectif semble parfois pousser à l’hésitation et à des tentatives douteuses. Parfois la question se pose de savoir si avoir la capacité de faire deux équipes ne vient pas entraver le fait de pouvoir en monter une solide et réglée sur la durée.

Un absent…de choix

Au milieu de ces inconvénients que l’on pourrait qualifier de “problèmes de riches” , une grande question reste en suspend. Devenue récurrente et cristallisant de nombreux débats l’absence de sélection de Karim Benzema est au coeur de l’actualité. Il est largement admis aujourd’hui au vu de ses performances qu’il est impossible de justifier ce choix sportivement. Alors la France se pose la question en boucle depuis un moment maintenant : pourquoi ? Pourquoi se priver de la présence d’un des meilleurs attaquants du monde au top de sa carrière ?

Roland Courbis résume assez bien la situation

« Imaginons une ligne d’attaque Dembélé-Griezmann-Benzema-Mbappé, avec, sur le banc de touche, Payet, Lemar, Coman, Giroud et les autres… On aurait peut-être la chance de marquer un ou deux buts de temps en temps, non ? Même si c’est difficile pour Didier de le faire revenir ».

Mais alors pourquoi Didier ne le fait pas revenir ? Pourquoi Didier Deschamps ne change pas d’avis ?

Les raisons de cette non-sélection sont profondes et il semble difficile d’y trouver un dénouement. Le côté sportif étant exclu et le côté judiciaire désormais évacué il faut donc voir plus large. Des accusations de racisme planent sur l’Entraîneur de l’équipe de France ainsi que sur les instances du football français déjà émaillées par les affaires des “quotas” ou le traitement de l’affaire Knysma.

Du corner au karcher

Au fond le problème semble plus large encore. Au delà du racisme, même si des ressorts sont à l’oeuvre il existe indéniablement dans les instances de l’EDF comme plus largement dans la société une représentation très stigmatisante des jeunes issus de quartiers populaires, tout cela alimenté de mécaniques racistes. Il y aurait les “caïds”, les “Lascards” qui auraient empêchés les autres de sortir du bus, il y aurait les joueurs qui ne sont pas “bons pour l’ambiance du groupe” etc…

L’engagement volontaire de la question de l’équipe de France de football masculine sur le terrain politique est en vérité le résultat d’une stratégie bien rodée, exacerbée sous la présidence de Nicolas Sarkozy ayant pour but en plus de s’attaquer à l’héritage de l’équipe de France 98 et ce qu’elle a véhiculée, d’appuyer plus largement dans l’opinion un discours stigmatisant et raciste sur les jeunes de quartiers populaires particulièrement et de légitimer un glissement du discours sur les terres de l’extrême droite. Ainsi, les menus des joueurs, leurs goûts musicaux, leur manière ou non de chanter la marseillaise deviennent des arguments pour dresser des peurs et attiser le sentiment de “choisi ta France “ si cher au FN.

Ce n’est pas un hasard si Daniel Riollo se permet de déclarer dans son livre “Racaille football club” que

“ Quand des joueurs ne chantent pas ou pire disent ne pas vouloir chanter la Marseillaise, le public n’aime pas. Si on ajoute à ça, une donnée claire qui est que les jeunes en banlieue, pour diverses raisons, cultivent un rejet de la France, on va alors vers une rupture entre les joueurs et les attentes du public”

Ou encore…

“C’est très simple. Les joueurs viennent majoritairement de banlieue, ils écoutent tous du rap. Dans les vestiaires tenter de mettre une autre musique est une gageure…”

Tout en ajoutant si vous n’aviez pas encore la panoplie de clichés…

“Ce que j’entends, dans le rap, me dérange souvent, la façon dont on parle des femmes, l’homophobie, la culture de la réussite à tout prix, la Tony Montana «touch», les fringues, la façon de parler, le culte de l’ignorance…” Lle tableau est complet.

De quoi donner du grain à moudre à Marion Maréchal Le Pen qui déclarait sur BFM TV

“C’est vrai que c’est un récidiviste dans l’antipatriotisme. C’est celui qui avait refusé de chanter la Marseillaise”

Ou pire.

“Je tiens à rappeler à Karim Benzema que c’est la France qui a payé pour sa formation, qui a fait de lui un joueur émérite de foot”

Rappelons au passage à la famille Le Pen que si les propriétaires du Manoir de Saint Cloud se sont retrouvés mêlés aux Panama Papers et autres détournement d argents, c’est loin d’être le cas des parents  de Karim Benzema, qui en payant leurs impôts ont bien plus financer la formation et les infrastructures du football de ce pays qu’elle.

La question n’est donc pas de savoir si Didier Deschamps est raciste ou si Karim Benzema est un gentil garçon. Les choix du sélectionneur, s’appliquent aujourd’hui dans un contexte   qui place l’équipe de France comme un outil, un marqueur politique dans une période où les débats qui agitent le pays sont extrêmement vifs. La question de la sélection du numéro 9 français, vainqueur de trois ligues des champions et aux plus de 120 buts avec le Real Madrid, est finalement une question cruciale pour les instances du football français, leur rôle, leur instrumentalisation.

Une préparation riche en rendez-vous

Pour autant les quelques mois qui nous séparent de ce choix vont être palpitant puisque la FFF a déjà annoncé un match amical contre l’Allemagne et avoir sollicité l’Argentine et le Brésil. Nous aurons donc de quoi mieux mesurer la qualité de cette équipe face aux plus grands et de vérifier si elle mérite ou non son statut de favori pour la grande fête populaire qui prendra place dans le monde entier et bien évidemment en France au mois de juin.