CC0 Public Domain
CULTURE

La culture…Une absente de renom pour cette campagne !

Avant-propos, cet article n’a pas la vocation à présenter une à une les propositions de chaque candidat et de les mettre face à face. Vous lirez ici quelques-unes de leurs propositions sur des grandes questions. Pour en savoir plus n’hésitez pas à vous référer au programme des candidats.

Plusieurs artistes ont dernièrement fait part de leur inquiétude face au silence qui règne dans cette campagne présidentielle sur les enjeux culturels. Mais est-ce vraiment le moment de parler de culture ?

Des affaires de costumes, des emplois fictifs, à propos d’emploi, ça reste toujours la 1ère préoccupation des français, alors la culture … En 2013 la culture comptait 1,3 million d’emplois en France, soit deux fois plus que dans le secteur automobile et près de la moitié (47%) des emplois liés à la culture et la création sont occupés par des «moins de 40 ans», un chiffre supérieur à la moyenne nationale (44%). Finalement la culture ne doit pas être si éloignée des questions d’emplois.

Federico Garcia Lorca parlait du rôle que joue le théâtre dans le processus d’édification d’un pays. Selon lui le théâtre peut être un outil baromètre marquant la grandeur ou le déclin d’un pays. Édifiant …

Dans l’art vivant le silence révèle une intention de mise en scène. Constantin Stanislavski disait que le silence est aussi important que le mot et doit avoir un objectif. Effectivement, l’objectif de ce silence est peut-être de nous révéler la place (ou la non place) que l’on accorde à la culture dans notre société.

Du côté de la droite…

Emmanuel Macron, François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan ont en commun de considérer les annexes 8 et 10 (les annexes 8 et 10 régissent l’Assurance Chômage pour les salariés intermittents du spectacle) comme une « garantie de la liberté de création » (pour F. Fillon), « un outil au service de la politique culturelle » (pour E. Macron) ou « adapté aux enjeux créatifs des métiers artistiques » (pour N. Dupont Aignan).

Or comme le rappel le SFA-CGT :

« le régime d’indemnisation chômage des intermittent.e.s du spectacle n’est rien de tout cela. Les annexes VIII et X ne sont pas une subvention mais une protection sociale ;  elles constituent l’assurance chômage pour les salarié.e.s du spectacle, partie intégrante du régime général de l’assurance chômage. »

C’est en toute cohérence avec leurs propositions sur les politiques culturelles. Pour le candidat Les Républicains, il n’est pas question de retoucher au budget de la culture, mais de développer le financement participatif, le mécénat et les Partenariats Public/Privé. Parallèlement à cela il tient à élargir les horaires des établissements culturels. Comment faire ? Sans un budget important, en voulant supprimer 500.000 emplois publics ? Comment François Fillon va-t-il s’y prendre ? Keep Calm et faites confiance à François ! La réponse c’est bien sûr le bénévolat !

On sait bien que le bénévolat des enseignants a vaincu l’échec scolaire, on sait bien que les services civiques ont comblé la baisse des subventions dans le milieu associatif, on sait bien que tout ça c’est des conneries et que la droite utilise le bénévolat pour faire passer la pilule de l’austérité.

Le candidat d’En Marche propose la création d’un pass culture de 500€ pour chaque jeune qui atteint sa majorité. Comment financer ? Emmanuel Macron s’applique son programme à lui-même, quand il propose de favoriser la diffusion grâce à la coproduction ; il tient à financer son passe grâce à des cofinancements ! Malin ! Dans la boucle les distributeurs et les plates-formes numériques, comme le géant Amazon ! Malin bis ! Amazon finance un pass culture utilisable sur sa plateforme, les détenteurs du pass consomment chez Amazon, Amazon récupère son investissement avec une belle marge en prime ! Amazon ce paradis culturel !

Une extrême droite fidèle à ses dangereuses visions…

Chez Marine Le Pen l’axe principal est celui du patrimoine, l’identité nationale, la défense de la langue et de la civilisation française. Elle prévoit ainsi une augmentation de 25% du budget dédié à la protection du patrimoine ainsi que le développement des dons de particuliers. La candidate oublie que si le patrimoine fait partie de la culture, la culture ne se résume pas au patrimoine, elle oublie que la culture se raconte au passé mais se vit au présent, elle oublie que la culture n’est pas un tombeau qu’il faut entretenir mais quelque chose de vivant toujours en mouvement. Mais aller chercher dans le passé est assez courant pour le Front National. En effet Marine Le Pen veut remettre en ordre le statut d’intermittent et créer une carte professionnelle.

D’après le SFA-CGT

« La carte professionnelle pour les artistes interprètes ne fut mise en place en France qu’une seule fois, par le gouvernement de Vichy, à des fins bien évidemment d’exclusion des artistes juifs et des réfractaires au régime politique en place. Et si on pousse le raisonnement jusqu’au bout : selon quels critères cette carte serait attribuée ? Quid des artistes étrangers qui viennent travailler en France ? La carte professionnelle telle que voulue par Marine Le Pen est donc une ligne de séparation entre ceux qui auraient le droit de travailler et d’être rémunérés, et les autres. Or, ce n’est pas en excluant qu’on construit des droits sociaux. »

Comme le dit Paule Masson dans l’Humanité :

« Depuis la crise de 2008, l’assèchement des budgets des collectivités territoriales a tari nombre de sources de financement, réduisant au silence des troupes de théâtres, compagnies de danse, festivals, amenant des bibliothèques, musées, maisons des jeunes et de la culture à fermer leurs portes ou réduire leur offre. La fracture des inégalités s’est creusée. Or, comme le dit le sociologue Edgar Morin, « la culture, c’est ce qui relie les savoirs et les féconde. » »

Face à cette réalité les candidats de droite, se bataillent à celui qui fera la surenchère à l’austérité. Mécénat, Partenariats Publics Privés, Crowdfunding, tout y passe.  Oubliant que la culture ne peut être une variable d’ajustement et qu’elle est le ciment d’un peuple.

Et à gauche ?

Face à la soumission de la culture à l’austérité, les candidats de gauche proposent la création d’un « statut de l’artiste, afin de donner toute la reconnaissance qu’ils méritent à celles et ceux qui se consacrent à la création » pour Benoît Hamon. Jean-Luc Mélenchon promet de « garantir la liberté de création et de diffusion des œuvres d’art contre toute tentative de censure » et enfin Philippe Poutou revendique « la liberté complète de diffusion ».

Jean Luc Mélenchon développe le programme culturel de la France Insoumise en 10 grands points et y décline ses propositions. Il aborde ainsi les questions de démocratisation, d’accessibilité, d’enseignement artistique, la protection du statut des intermittents, de la pollution publicitaire …

Aujourd’hui pour donner un avenir à la culture et lui permettre de se développer, il est important de freiner les projets de la droite et de la droite extrême. Pour donner un avenir à la culture que nous connaissons et qui a fait l’histoire de notre pays, de nos valeurs, qualifier un candidat qui considère d’avantage la place des artistes dans la société est essentiel.

Alors dans ces quelques jours qu’il nous reste, donnons un avenir à la culture, allons convaincre jusqu’au bout les indécis, les amoureux de la culture qui ont perdu le gout du débat face aux épisodes de magouilles et compagnies, rediscutons avec eux projet et débattons d’un avenir ou la culture aurait toute sa place.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde