Rédaction | Avant Garde
FRANCE

Entretien avec Hicham Dad, candidat aux élections législatives dans les Hauts-de-Seine

Dans le cadre de la campagne des élections législatives, nous donnons la parole aux candidats qui veulent porter la voix de la jeunesse, du progrès et de l’espoir.

Hicham Dad est étudiant en troisième année de licence de sociologie à Nanterre. Il est également conseiller municipal PCF/Front de gauche d’opposition et candidat aux législatives dans la 5ème circonscription des Hauts-de-Seine.

Avant Garde : Pourquoi es-tu candidat aux élections législatives ?

Hicham Dad : Je suis candidat pour faire parvenir les revendications des clichois.e.s et des levalloisien.enne.s à l’Assemblée Nationale.

Je suis militant au MJCF et au PCF depuis 4 ans et contrairement à d’autres je ne suis pas un professionnel de la politique. En plus de mes études, je travaille aussi en tant qu’agent de sécurité.

Je me présente à Clichy-Levallois pour qu’enfin les habitants de notre circonscription puissent avoir un député irréprochable, après des années de représentation par le corrompu et non moins célèbre Patrick Balkany.

Je porterai au Parlement la voix de ceux qui aujourd’hui veulent une vraie politique de transformation politique et sociale.

AG : Quels sont pour toi les grands chantiers du quinquennat à venir ?

HD : Tout d’abord l’emploi, puisqu’aujourd’hui le chômage touche près de 10 % des français et près de 15 % à Clichy ! C’est pourquoi je pense qu’il est indispensable de mettre en place une loi de sécurité emploi-formation pour éradiquer le chômage.

La santé également puisque l’accès au soin est rendu de plus en plus difficile et la casse des hôpitaux proximités contribue à détériorer le service public de santé, c’est le cas à Clichy avec l’hôpital Beaujon.

Mais aussi la lutte contre le mal-logement avec la construction de 200 000 logements sociaux par an et rendre inéligibles les maires comme monsieur Balkany qui ne respecte pas les 25 % de logements sociaux fixés par la loi. D’autant plus que la destruction du parc social par certains maires de droite comme à Clichy accentue cette situation.

AG : Et Pour les jeunes ?

HD: Les jeunes ont besoin de perspectives en dehors des sous-emplois proposés par UBER. Ils ont aussi besoin de pouvoir faire des études sans avoir un emploi pour payer leurs études. C’est pourquoi il faut créer  un statut protecteur du jeune en formation permettant à chacun de disposer des mêmes chances d’obtenir son diplôme.

AG : De nombreux jeunes sont déçus du résultat de l’élection présidentielle et de la politique gouvernementale qui s’annonce, quel message leur adresses-tu ?

HD : La déception est une chose, mais elle ne doit pas nous plonger dans le fatalisme. Nous avons les moyens de pouvoir nous faire entendre pour que nous ne soyons plus les laisser pour compte de cette société. Pour ça il faut qu’on vote les 11 et 18 juin pour des députés proches des revendications populaires et qui défendent contre les attaques de Macron.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde