EditoAvant Garde | Rédaction
A LA UNE

EDITO : Une campagne ridicule pour une élection absurde et un résultat désolant

Au terme d’une campagne qui n’aurait jamais permis de mettre en débats les solutions au chômage, à la précarité et à toutes les autres préoccupations des jeunes et moins jeunes de ce pays, la France a un nouveau président.

Un nouveau président

La Ve république et son absurde élection au suffrage universel du président de la république a permis à l’héritier d’une majorité discréditée de l’emporter. Macron n’est pas simplement l’héritier d’un gouvernement impopulaire, il a surtout été le principal artisan des désastreuses politiques économiques menées.

Hier soir, il a été élu. Drôlement élu cependant. Une abstention record. 4 millions de bulletins blancs ou nuls. Et surtout un doute sur l’approbation de son programme par les 20 millions d’électeurs qui ont mis un bulletin Macron dans l’urne.
Cet homme aura su profiter des circonstances exceptionnelles de cette campagne électorale. Profiter de l’effondrement de son ancien parti, profiter du discrédit d’un candidat de droite menteur et voleur, profiter de la menace fasciste et de son rejet par les français.

Des politiques anciennes

Cette élection bien qu’atypique ne marque cependant pas un tournant politique. C’est ici la force de M. Macron. L’homme qui a réussi à faire passer les vieilles lubies économiques libérales pour des recettes neuves. Ce ne sera probablement même pas un renouvellement des cadres politiques portant ces idées de régression sociale.

François Bayrou, Gérard Collomb et Dominique de Villepin, étaient au soir de l’élection les représentants du candidat du renouveau politique. Pas vraiment des figures nouvelles pour qui s’intéresse à la politique française.

Une élection à changer

L’autre événement de cette élection a été la présence au second tour d’une candidate fascisante. Largement battue, il n’en demeure pas moins qu’elle a réussi à rassembler plus de 10 millions de voix sur ses idées xénophobes et liberticides. Ce résultat est particulièrement inquiétant. Le Pen enregistre ici un succès indéniable dont elle entend profiter à l’avenir et ce dès les élections législatives.

La présidence de M. Macron aura commencé par une soirée électorale qui n’aura vu personne réellement gagner ou perdre. Le FN s’est affirmé comme une force politique avec un fort socle électoral et capable d’aller chercher des suffrages au-delà. Macron a réussi à prouver qu’il était inutile d’être majoritaire pour rentrer à l’Elysée. En somme un résultat désolant, très loin des aspirations populaires.

Cette élection aura finalement tristement illustré la justesse de tous ceux qui aspirent à dépasser cette république et sa ridicule élection présidentielle.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde