Capture d'écran IPSOS
INTERNATIONAL

Elections européennes, les jeunes ne votent pas comme leurs aînés

Marqué par une abstention plus forte, le vote des jeunes se distingue également par des choix différents de ceux leurs aînés. Si la gauche profite de cette différence, c’est EELV qui rafle la mise.  

Les chiffres donnés sont tirés de L’enquête Ipsos / Sopra Steria réalisée pour France Télévisions, Radio France, RFI et France 24, réalisé  auprès de 5433 électeurs.

Une abstention plus forte

La première différence du vote des jeunes est une abstention nettement plus marquée. Alors que la participation s’établissait à 51,3 % du corps électoral, seuls 39 % des 18-24 ans se sont déplacés pour voter dimanche. Chez les 25-34 ans, c’est tout juste mieux avec une participation à 40 %. La participation augmente ensuite avec l’âge 46 % pour les 35-49 ans, 51 % pour les 50-59 ans, 62 % pour les 60-69 ans et 65 % pour les plus de 70 ans. Cette abstention, plus marquée chez les jeunes, n’est pas le propre des élections européennes, mais une constante parmi une nouvelle génération également souvent plus pauvre. Si le niveau de diplôme influe peu sur la participation, le niveau de revenu à une influence directe. Ainsi, la participation s’élève à 42 % pour les foyers déclarant des revenus inférieur à 1200 € contre 56 % pour les foyers déclarant plus de 3 000 € mensuel.

Cette abstention chez les plus jeunes donne mécaniquement un poids nettement plus important à leur aînés notamment les plus âgés qui votent en proportion bien davantage. L’utilisation de nouveaux médias, comme l’entretien du président de la République sur Youtube ne semble pas enrayé le phénomène. Les réseaux sociaux utilisés par les jeunes étaient également ciblés par des campagnes publicitaires sans que de sursaut de participation soit constaté. Ce phénomène d’abstention est d’autant plus dommageable que les jeunes votent assez différemment de leurs aînés.

EELV grand gagnant du vote des jeunes

Un parti profite particulièrement du vote des jeunes, EELV enregistre ainsi ses meilleurs scores chez les plus jeunes. Avec 25 % chez les 18-24 et 28 % chez les 25-34 ans le parti écologiste est très loin devant le deuxième parti chez les jeunes qui est le RN avec 15 % et 20 % pour ces tranches d’âge. Le score d’EELV chez les jeunes est d’autant plus remarquable qu’il baisse drastiquement chez les plus âgés, avec 14 % chez 35-49 ans, 10 % chez les 50-59 ans et 5 % chez les plus de 70 ans. Les préoccupations environnementales semblent être plus fortes donc chez les plus jeunes.

Les 18-24 ans votent globalement davantage à gauche, Génération.s réalise 7% des suffrages, la France Insoumise 9 % et le PCF 4 %, seul le PS semble être à la peine dans cette tranche d’âge avec 5 % ce qui est inférieur à son score sur l’ensemble de l’électorat. Le Rassemblement national réalise son moins bon score dans cette tranche d’âge avec tout de même 15 %. Ces différences ne se retrouvent pas chez les 25-34 ans chez qui seuls Génération.s et EELV arrive à se démarquer. Le RN y réalise 20 % ce qui est légèrement inférieur à son score sur l’ensemble de la population. Le score d’EELV dans ces tranches d’âges neutralise ainsi le duel RN/LREM. Dans la tranche 18-24 ans on observe même une majorité de gauche avec 50 % des suffrages portés sur EELV, le PS, Génération.s, la FI et le PCF. Un score ramené à 45 % sur la tranche d’âge 25-34 et très concentré sur EELV (28 %).

Dans ces deux tranches d’âges LREM est à la peine avec 12 % chez les 18-24 ans et 17 % chez les 25-34 ans. Le plus jeune Président de la Ve République ne semble donc pas avoir la côte chez les plus jeunes.  

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde