Rédaction | Avant Garde
FRANCE

Reportage: à Metz, les jeunes interpellent les candidats

Samedi 8 avril nous nous sommes rendu dans la région Grand-Est pour couvrir une initiative d’interpellation des candidats aux élections organisé par le collectif “2017 pas sans les jeunes”.

Nous descendons du train aux alentours de 10H du matin à la gare de Metz, où deux jeunes communistes nous attendent. Nous prenons ensuite la direction du quartier populaire de Borny où nous sommes accueillis dans les locaux de l’ATTM (Association des Travailleurs Turcs de Moselle). C’est ici que va se dérouler une des nombreuses initiatives régionales d’interpellation.

Lire aussi : REPORTAGE : à Angers les jeunes mobilisés

De nombreux jeunes sont déjà présents. Certains profitent du soleil à l’entrée du bâtiment, pendant que d’autres, à l’intérieur, boivent le café ou préparent le déjeuner. Ils viennent de Metz, de Nancy, de Troyes, on parle même d’attendre la venue de camarades des Vosges et de la Marne avant de commencer la journée. La matinée se déroulera entre jeunes communistes puis l’après-midi sera ouvert au public et porté par différentes organisations de jeunesse.

Une ambiance chaleureuse et productive

Après avoir fait connaissance, la trentaine de jeunes présents se divisent en plusieurs groupes de discussion et de travail. On parle élection présidentielle, internationalisme, féminisme, quartiers populaires et un dernier atelier est consacré à la prise de parole en public.

Rédaction | Avant Garde

Le tout se déroule dans une ambiance studieuse mais néanmoins chaleureuse. On confronte les points de vue, on pose des questions, on partage les expériences de militantisme. On plaisante et on se détend également dans un cadre ensoleillé, mêlant travail et bonne humeur. L’heure du déjeuner arrive, la table est dressée à l’extérieur et les discussions se poursuivent autour d’un repas aux airs estivaux où salades et grillades sont de mise.

Une journée placée sous le signe des aspirations des jeunes

Progressivement des militants de la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne), de l’UNL (Union Nationale Lycéenne) et du MJS (Mouvement des Jeunes Socialistes) arrivent sur les lieux. Toutes ces organisations ont construit en commun une plateforme de revendications pour interpeller les candidats aux élections présidentielle et législatives. Le but: replacer au coeur du débat public les aspirations des jeunes  en termes de formation, de travail, de logement, de transport, de santé, de protection sociale et de lutte contre les discriminations.

Un premier temps est consacré à une discussion sur les enjeux de cette plateforme, sur le fonds des propositions comme sur la démarche du collectif. Chaque organisation se présente brièvement et l’historique de la démarche depuis la lutte contre la loi travail il y a un an est expliqué.

Lire aussi : “2017 pas sans les jeunes!” interview de Camille Lainé, secrétaire Générale du MJCF

Vient ensuite l’heure de l’interpellation des candidats. Toutes les formations politiques progressistes ont été invitées. Ont répondu présents le Parti Communiste Français, le Parti Socialiste, la France Insoumise et Lutte Ouvrière. Chacun prend la parole en tribune pour présenter son positionnement au sujet des revendications de la plateforme. Tous s’accordent à dire que le quinquennat Hollande n’est ni à la hauteur des promesses de 2012, ni des aspirations exprimées par les jeunes.

Rédaction | Avant Garde

Pendant environ deux heures ils rebondissent sur les questions de la salle. Au fur et à mesure les propositions s’affinent et certaines contradictions s’expriment. Certains semblent davantage convaincre l’assemblée que d’autres, mais ce qui est sûr, c’est que cet échange fait du bien à tout le monde. Enfin on parle de programmes, de solutions concrètes et de débouchés politiques crédibles pour répondre aux besoins. Dans une campagne jusqu’alors confisquée par la droite, l’extrême droite et les affaires judiciaires, cette initiative est un vrai bol d’air.

Retrouvez ici un aperçu de la journée, par le MJCF 57.

Le débat se termine et nous reprenons la direction de la gare pendant qu’une soirée festive et fraternelle se dessine. Chacun est regonflé pour poursuivre le travail entamé, lucide sur le fait que le rassemblement  et la mobilisation sont les clés des conquêtes à venir.

 

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde