Affiche du film
CULTURE

En Liberté ! Une comédie subtile dans un univers fou

Présenté et récompensé au dernier Festival de Cannes à la Quinzaine des Réalisateurs, En Liberté ! de Pierre Salvadori s’impose comme une des meilleures comédies françaises de l’année et redore l’image du genre.

Yvonne (Adèle Haenel) est inspectrice de police, elle découvre que son défunt mari le capitaine Santi, véritable héro mort en service, n’était pas le flic courageux et intègre qu’elle croyait mais un véritable ripou. Déterminée à réparer les torts commis par ce dernier, elle va croiser le chemin d’Antoine (Pio Marmaï) injustement incarcéré par Santi pendant huit longues années.

Dans En Liberté !, le film policier est relégué au second plan; parce qu’on va plutôt s’intéresser à cette rencontre entre Yvonne et Antoine. Ce que l’un pensait être du hasard ne l’était pas tant que ça. Parce qu’après avoir appris que son mari était un ripou, Yvonne va tout faire pour rendre son innocence à celui qui a subi la pire des injustices.

“On m’a volé huit ans de ma vie, on m’a volé ma jeunesse” lui dit-il après la première fois que leurs chemins se croisent, dans l’eau. En Liberté ! est un film terriblement tendre et poétique, comme lorsqu’Antoine rentre chez lui pour retrouver Agnès sa femme après sa libération. Surprise car il rentre plus tôt, elle lui demande trois fois de retourner au fond du jardin pour faire grincer le portail et crépiter le gravier. Antoine était enfin libre. Enfin, pas tant que ça, car même s’il est libéré pour un crime qu’il n’a pas commis, Antoine va tout faire pour se rendre coupable “Il vaut mieux être salaud qu’une victime”. C’est ainsi qu’il se retrouvera à voler une voiture ou brûler un restaurant parce qu’il ne voulait plus le servir. Terriblement tendre donc, mais aussi terriblement drôle.

En Liberté ! enchaîne les situations comiques, les malentendus et tout fonctionne; le comique de situation, de répétition, de mots ou de caractères, on y mange des oreilles et braque des tabacs avec un sac poubelle sur la tête. Car pour son film, Pierre Salvadori a utilisé tous les ressorts de la comédie, les ressorts intelligents où on ne se moque pas des protagonistes principaux. La comédie tient sur des dialogues écrits avec précision et qui s’inscrivent dans un rythme parfait pour qu’on ne s’ennuie jamais. Il prend des objets simple pour créer des situations absurdes. Tellement absurdes, que des oreilles sont mangées.

En Liberté ! c’est aussi un film où l’on aime raconter des histoires et se raconter des histoires. Chaque soir, Yvonne raconte à son fils Théo les actes héroïques de son père, un peu moins héroïque et un peu plus ripou au fil des soirs, jusqu’à une magique scène finale, où le petit garçon réussit à faire le deuil de son père.

Le film pourrait se reposer facilement sur tous ces critères, mais l’interprétation de ses deux personnages principaux, joués par Adèle Haenel et Pio Marmaï pousse la comédie encore plus loin. Pour Adèle Haenel c’est la première fois qu’elle joue dans une comédie et montre tout son potentiel burlesque, quand à Pio Marmaï, plus habitué du genre, l’acteur trouve enfin un rôle à sa taille.

Une comédie subtile dans l’univers fou de Pierre Salvadori sans fausse note et tout en liberté !