Domaine Public | CC0
Éducation

Entretien avec un professeur stagiaire

Avec la promesse des 60 000 créations de postes dans l’éducation nationale sur le quinquennat, nous avons vu la multiplication des contrats précaires dans l’enseignement secondaire. En effet, de plus en plus de jeunes qui viennent d’obtenir un master se retrouvent à assurer des cours aux élèves sans même avoir obtenu la validation de leurs CAPES.

Benoit Paimparé, tu viens d’obtenir ton CAPES et tu atterris devant une classe à cette rentrée, est-ce que tu peux nous présenter ton parcours ?

En 2014, j’ai obtenu un master Recherche en Histoire à l’Université de Rouen avec comme sujet de mémoire « Le PCF en Seine-Inférieure (1919 – 1935)». Puis, je me suis donné une année pour commencer à préparer le CAPES. Cette année 2015/2016 était celle de la préparation aux concours, 7 ans après mon entrée à la fac j’ai finalement obtenu mon CAPES en juin dernier.

Concrètement, comment se prépare un CAPES ?

Personnellement, la première année après la recherche, j’ai dégrossis les questions au concours… Cette année, le travail à fournir était plus intense. Durant cette année, je n’ai fait que ça.

Avais-tu une formation pour te soutenir dans la préparation du concours ?

J’ai suivi une formation à l’ESPE (établissement supérieur du professorat et de l’éducation) de 20 heures par semaine environ accompagnée d’un travail personnel et d’un travail en groupe avec les étudiants de ma promo. Pendant l’année du concours, j’ai eu l’équivalent de deux semaines de stage en lycée. Il s’agissait de stage d’observation et de pratique qui était compris dans ma formation. Cependant, j’ai aussi travaillé quatre années en collège, en tant qu’assistant pédagogique ce qui m’a permis d’être moins en flippe en retournant dans un collège ou un lycée début septembre. J’avais déjà eu un contact avec des élèves. Je connaissais le fonctionnement d’un bahut ce qui m’a permis de moins appréhender cette rentrée. Au niveau de la théorie, le travail est focalisé sur les questions et les thèmes qui seront abordées aux concours. En terme pratique c’est peu et le stage est trop court pour espérer acquérir une expérience.  Avant l’obtention de mon concours, je n’avais donné que cinq heures de cours. Pour moi, l’avantage est qu’avec mon master recherche, je n’ai pas besoin de valider mon master enseignement. D’autres étudiants devaient à la fois valider leur année de master enseignement et préparer leur concours en même temps.

L’élève apprend par l’expérience et l’expérimentation, nous devons revendiquer le droit à l’erreur !

Ton idée de la formation que tu as suivie ?

L’idéal serait d’avoir plus de pratique durant la première année et de passer le concours durant la deuxième année du master. A Rouen, c’est seulement en M2 que les stages débutent à partir d’octobre jusqu’au mois d’avril, une journée par semaine. Cela permet d’avoir une vision plus large sur l’avancement des classes même si cela reste trop peu. Le problème central reste le manque de moyen des universités. Ainsi à Rouen, les cours magistraux de préparation au concours se terminent au mois de janvier et aucun TD n’est assurer afin de pouvoir travailler en groupe restreint.

Comment vois-tu un enseignement pédagogique et émancipateur pour les élèves ?

A mon avis, c’est un enseignement dans lequel l’élève est acteur dans l’apprentissage de son savoir, le professeur est un accompagnateur dans l’apprentissage. L’élève apprend par l’expérience et l’expérimentation, nous devons revendiquer le droit à l’erreur ! Sortons de l’idée du professeur hussard de la République qui dicte les savoirs, le prof est là pour apporter les outils afin que les élèves puissent s’en saisir et développer leurs esprits critiques.

Le CAPES ?

Le CAPES ou certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré est le concours reconnu par le Ministère de l’Education Nationale. Il permet d’accéder à l’enseignement dans les lycées ou les collèges. Il est obligatoire pour devenir professeur titulaire.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde