Rédaction | Avant Garde
A LA UNE Vivre ensemble

Fabien Roussel enflamme Marseille

Dimanche 6 février, le candidat du Parti communiste français a rassemblé près de 4 000 personnes pour son premier meeting national, dans la cité phocéenne. 

En un peu plus d’une heure, le député du Nord expose les principaux points de son programme. Revenu étudiant à 850 euros par mois minimum, revalorisation du SMIC à 1923 euros brut pour 1500 net, lutte contre l’évasion fiscale… Au « ruissellement » des libéraux, Fabien Roussel oppose le « Roussellement ». Comprenez la redistribution massive des richesses de ceux qui les accaparent vers ceux qui les créent par leur travail.

« Un coin de ciel bleu »

À l’entrée, ça se bouscule. Le candidat communiste avait prévu une salle trop petite. Un grand nombre de participants ont assisté à ce premier temps fort de la dernière ligne droite debout, ce qui n’a nullement entaché leur enthousiasme. 

La foule applaudit longtemps, chante, crie, rit, agite drapeaux rouges et bleu-blanc-rouge. Les jeunes communistes sont nombreuses et nombreux dans la salle, rencontrent de jeunes curieux, les font adhérer au MJCF. 

« Roussel président ! », « Il a raison ! », « Les fraudeurs en prison ! » résonnent.

L’événement, couvert par toutes les chaînes d’information en continu, a été l’occasion de voir la presse, les soldat.e.s kurdes, les victimes de l’attentat à Charlie Hebdo applaudies largement. Le candidat s’est montré intransigeant dans ses propos et rassembleur. Le Ch’ti apporte décidément un peu de fraîcheur dans cette campagne.

Le meeting se clôt dans la chaleur humaine, après une Marseillaise et une Internationale chantées à tue-tête par une salle heureuse et convaincue, unie derrière le candidat du parti centenaire.