gattaz-philippe-debarquent-angers-jeunes-prennent-paroleMehdi Bouqsim | Avant-Garde
Social-Eco

Quand Gattaz et Philippe débarquent sur Angers, les jeunes prennent la parole !

Le vendredi 27 octobre se déroulait la World Electronic Forum à Angers. A cette occasion le maire de droite Christophe Béchu a invité le patron des patrons Pierre Gattaz et le chef du gouvernement Édouard Philippe.

Ils devaient intervenir lors d’une plénière du « Forum des Décideurs » réunissant les patrons de l’industrie électronique et multimédia. Pour cette fois, le théâtre du Quai, lieu très prisé de la population angevine en général et des jeunes en particulier a été totalement interdit d’accès.

Une contre manifestation malgré le secret de la visite

Les modalités de cette venue pompeusement organisée sont restées confidentielles jusqu’à la veille, le gouvernement ménageant le suspens. La seule chose pour laquelle nous étions sûr, c’est que jamais de mémoire andégave nous n’avions vu un tel déploiement des services d’ordres. Ce ne sont pas moins de 350 policiers, gendarmes, militaires et agents de sécurité qui sont venus participer à la fête.

Pour célébrer la venue de nos chers représentants du capitalisme financier, les Jeunes Communistes du Maine-et-Loire ont décidé de prendre la parole et de faire parler d’eux. En effet, ce prétendu forum des décideurs a certes réuni ceux qui ont la chance d’être appelés ainsi, mais sont recalés de la liste d’invités ceux qui élisent et travaillent pour ces gens-là, à savoir nous, citoyens et salariés.

A l’appel de l’Union Départementale de la CGT 49, ce sont 125 personnes dont 25 jeunes qui se sont réunis pour interroger le gouvernement sur sa politique. Ces jeunes venaient d’horizons divers et variés : syndicalistes lycéens ou étudiants, jeunes communistes, jeunes provenant d’autres organisations politiques… Une belle performance pour un événement tenu aussi secret et dont la mairie a bien pris le soin de le mettre à l’écart de la connaissance des angevins surtout en période de vacances scolaires.

Un important déploiement policier

Oui mais voilà, quelle n’a pas été notre surprise de voir la réaction policière, nous qui vivons dans une ville pourtant reconnue pour sa douceur et son bon vivre, qui n’a jamais eu de problèmes avec les gardiens de la paix lors de manifestations ou de mouvements sociaux.

Dès la veille au soir, ce ne sont pas moins de quinze policiers qui ont confisqué à quatre de nos camarades leur matériel de collage sans même avoir eu la possibilité de poser une seule affiche. Au préalable, ces mêmes policiers nous ont menacé de garde à vue. Attitude étrange alors qu’aucun arrêté municipal n’a été publié interdisant notre droit démocratique à l’expression politique.

Pis encore, certains des nôtres étaient mineurs et risquaient gros avec cette interpellation.

Le lendemain, nous n’avons pas pu nous approcher à moins de 500 mètres du Théâtre, les CRS nous ont même bloqués tout accès de sortie. Pour se sortir de cette situation aussi comique que stupide, nous avons organisé un cortège encerclé par nos représentants de l’Etat jusqu’à la Bourse du Travail.

Imaginez vous, 125 personnes ont bloqué pendant une heure tout accès au centre-ville, rien que par l’action de la police. Le ridicule ne tue pas. La parodie de manifestation est tellement efficace qu’elle retarde l’arrivée d’Edouard Philippe, on attend jusqu’à 16h30 alors que l’événement finissait une demie-heure plus tard. Ça c’est du rapport de force !

Une mobilisation réussie au milieu des vacances

Cependant, l’essentiel n’est pas là. Il est dans notre capacité à être moteur d’une mobilisation chez les jeunes, même en période de vacances. C’est aussi la mobilisation des salariés qu’il faut noter. Après une dernière mobilisation difficile pour le mouvement syndical et en particulier la CGT à Angers, on aurait pu craindre que celui-ci soit totalement essoufflé.

Mais nous avons par bonheur constaté la réactivité de l’UD et de l’Union Locale. La CGT a appelé au travail intersyndical pour préparer le mouvement de grève le 16 novembre prochain et a annoncé déjà le travail avec FO, Sud Solidaires, l’UNEF et l’UNL.

Quand à nous, après une couverture médiatique honorable, il s’agit de préparer à cette mobilisation par un travail idéologique.

Nous irons la semaine prochaine dans les quartiers populaires angevins, qui est encore un endroit difficile à structurer et qui se solidarise peu du reste du mouvement social. Toujours plus nombreux, surtout motivés pour s’organiser !