Couverture "Imortels !"
CULTURE

« Immortels ! », la BD à lire pendant le confinement

« Immortels ! », la BD à lire pendant le confinement

Le 22 octobre 1941, sur ordre d’Hitler, “50 otages” (en fait 48) sont fusillés à Châteaubriant dans la carrière de la Sablière, à Nantes au champ de tir du Bêle et au Mont-Valérien, près de Paris. Cet assassinat, premier massacre de masse de l’Occupant, intervient après que trois jeunes résistants communistes ont abattu le Feldkommandant Karl Hotz, chef de la Wehrmacht à Nantes.

Convaincu qu’il faut connaître son histoire pour qu’en aucun cas elle puisse se répéter, le Comité du souvenir des fusillés de Châteaubriant, Nantes et de la Résistance en Loire-inférieure a fait le choix d’éditer une BD sur ces tristes événements. Choisissant la bande dessinée, qui est un support populaire, le Comité a fait le choix de mettre à la portée de tous et toutes, de 7 à 97 ans, le récit de ces résistants et militants communistes morts pour la liberté, la souveraineté des peuples et plus généralement de la Résistance dans toute sa diversité. 

La Bande Dessinée comme support populaire

Réalisée par Camille Ledigarcher, Gaëlle Richardeau et l’historienne Dominique Comelli, cette bande dessinée retrace au fil des planches la vie dans le camp d’internement de Choisel. On y voit les prisonniers politiques, du syndicaliste Jean-Pierre Timbaud à Guy Môquet en passant par Charles Michels qui fut député communiste de la Seine avant l’occupation. La vie quotidienne dans le camp est racontée et dessinée dans un réalisme profond. La colorisation des planches réalisée par Gaëlle Richardeau permet de rester accroché à l’histoire tout au long de la BD et sublime les dessins de Camille Ledigarcher tout autant que les textes. Des couleurs vives, réalistes et respectueuses du contexte historique qui permettent une immersion totale et en fait une BD très sérieuse tant sur le plan visuel que sur le plan historiographique. Au-delà du camp, la BD retrace également les actes de résistance dans la ville contre l’occupant allemand, ainsi nous pouvons observer la manière dont s’organisent les militants pour faire face à la barbarie. Au fil des pages nous voyons le comportement des autorités civiles et militaires allemandes et vichystes.

Fidèle à l’histoire, la BD incite à la réflexion sur la question toujours actuelle de l’engagement pour la liberté. En effet, les dialogues ne sont pas en reste. Les plans d’évasions, les discussions entre prisonniers, les réflexions sur la suite à donner au mouvement de résistance sont respectueuses des archives. 

Claude Lalet, responsable de l’UEC:

  • « Ils m’ont arrêté avec ma femme lorsque la direction des étudiants communistes a été décapitée.
  • Tu y faisais quoi ? 
  • J’étais l’un des dirigeants ! 
  • Ah ! C’est donc avec tes camarades que vous avez organisé la grande manifestation du 11 novembre, non ? 
  • Oui, mais moi j’ai organisé celle du 8 novembre devant le Collège de France pour protester contre l’arrestation du professeur Langevin et la révocation des professeurs juifs. 
  • Et toi docteur Pesqué ? 
  • Oh… Je militais pour le Parti Communiste Français, comme beaucoup ici »

Jusqu’à l’annonce de leur exécution, les dernières lettres d’adieu qu’il leur faudra écrire, leur voyage funèbre jusqu’au peloton d’exécution en chantant La Marseillaise, L’Internationale, Le Chant du Départ et La Jeune Garde, « Immortels ! » reconstitue les dernières heures des Otages, leur comportement face au peloton, leur courage, et leur foi en la victoire et un avenir meilleur.

Le devoir de mémoire, un combat de tous les jours

Des récits comme celui d’Aragon, « Les Martyrs », des témoignages, un film de Volker Schlöndorff, « La Mer à l’aube » ont été consacrés à l’histoire des 50 otages. « Immortels ! » est la première BD. 

Alors que les organisations, les gouvernements et les dirigeants fascisants progressent sur tous les continents, le combat pour la mémoire se fait d’autant plus urgent. Cette BD arrive donc à point nommé dans le contexte politique actuel. 79 ans après ce terrible massacre et 75 ans après la Libération, il est essentiel que cette BD puisse être mise dans les mains de toutes et tous et notamment des jeunes. 

« Immortels ! » est un bel objet puisqu’au-delà de la BD en elle-même, un dossier complet a été écrit par l’historienne Dominique Comelli. Cet ouvrage constitue un support utile à la transmission de la mémoire à travers les générations, à la visite des lieux de mémoire, et à toute action se référant aux valeurs de la Résistance et aux droits humains. 

« Les barbares voulaient les tuer, ils les ont rendus immortels » écrivait Georges Politzer, lui aussi fusillé un an plus tard. Forts de notre histoire et conscients du sacrifice de ces hommes et ces femmes, nous nous devons de continuer ce beau combat pour la paix et la liberté, combat qui passe par ce devoir de mémoire. « Immortels ! » est un outil remarquable pour le mener. 


La BD est disponible auprès du Comité du souvenir, 1 place de la gare de l’Est case 1 Nantes 44276 CEDEX 2. Site : www.resistance-44.fr Courriel : [email protected]
Prix : 15€ + 5€ de participation aux frais de port pour un exemplaire.