rédaction
EDITO

Le 16 mars, les jeunes manifestent pour leur avenir !

Depuis près d’un an maintenant la situation des jeunes s’est considérablement dégradée. L’arrivée de la pandémie et de la crise économique est en train de broyer les rêves et les aspirations de toute une génération. Les jeunes n’ont jamais eu aussi peu de perspectives quant à leur avenir. 

Isolement, sélection, mis en concurrence les uns entre les autres, intérim, chômage, décrochage… La précarité est devenue notre quotidien. Précarité de nos revenus, de l’emploi ou encore de nos formations. 

La précarité de nos situations et le manque de visibilité plongent de plus en plus de jeunes dans une détresse psychologique qui prend des formes diverses. Depuis des semaines, les témoignages de détresse abondent sur les réseaux sociaux. Notre génération n’en peut plus d’être laissée pour compte.

Combien de futurs chercheurs, ingénieurs, médecins, enseignants, n’ont pas été sélectionnés par Parcoursup cette année ? Combien de jeunes ont vu leur rêve broyé par cette machine à sélectionner et à trier socialement ? Combien de jeunes n’ont pas pu suivre leurs études jusqu’au bout, car ils devaient jongler entre précarité et petits boulots ? Alors que nous avons besoin de travailleurs dans de nombreux secteurs : transport, santé, éducation, énergie, combien de jeunes sont aujourd’hui au chômage ? Ce sont toutes ces contradictions qu’il faut dépasser ! 

La jeunesse ne doit pas être le problème mais bien la solution. Notre génération veut se former, se réaliser, être utile à la société. Mais au final, c’est notre dignité à toutes et tous qui est gâchée et sacrifiée sur l’autel du profit par les capitalistes.  

Mais aujourd’hui, nous disons qu’il y en a assez. Assez du chômage et de la précarité. Assez de la casse de nos formations et de la sélection. Assez des politiques libérales. 

Aujourd’hui, c’est toute une génération qui relève la tête. Le gouvernement ne fait rien pour nous ? Imposons-lui nos revendications. 

La jeunesse regorge de forces créatives, d’innovation et d’ingéniosité qui ne demandent qu’à s’exprimer. 

Nous sommes l’avenir du pays, il faut désormais que le gouvernement le comprenne. Alors faisons du bruit, continuons de nous mobiliser et faisons plier une bonne fois pour tout ce gouvernement. 

Partout en France, donnons-nous rendez-vous le 16 mars prochain. D’ici le 16 mars construisons la mobilisation. Persuadons un à un les jeunes de l’importance de se mobiliser. Allons chercher nos amis, nos camarades de classes et de promotion, nos collègues de travail, les membres de notre famille et nos voisins. Créons ensemble les conditions de la réussite de cette date.

L’avenir nous appartient !