rédaction
EDITO

Le 9 & le 10 octobre : pas un jeune au chômage !

Depuis plusieurs semaines, même plusieurs mois, le pays et le Monde traversent une crise économique sans commune mesure depuis des décennies. En France, cette crise économique touche particulièrement les jeunes. 

En septembre un jeune sur six avait déjà perdu son emploi, d’ici la fin de l’année ce sera plus d’un sur quatre. Jusqu’où faudra-t-il aller pour que le gouvernement daigne réellement s’intéresser aux préoccupations des jeunes ?

Les politiques de ces dernières années et l’arrivée de cette crise économique viennent assombrir le tableau pour les nouvelles générations. De plus en plus de jeunes sont inquiets quant à leur avenir. 

Le plan d’urgence pour la jeunesse du gouvernement ne permet pas de lever ces inquiétudes, bien au contraire. Ce plan prévoit de favoriser les CDD de trois mois via une prime à l’embauche pour les entreprises et la création de 100 000 services civiques rémunérés 577€ par mois. Ce n’est pas ce qui nous fait rêver. Avec ce plan, le gouvernement nous promet une société de petits boulots, payés une misère. Comment construire son avenir lorsque la seule perspective proposée à la jeunesse est un avenir précaire ? 

Nous avons besoin d’un tout autre projet pour la jeunesse. Il faut s’intéresser aux aspirations des nouvelles générations. Les jeunes veulent pouvoir construire sereinement leur avenir. Pour y parvenir, il faut sécuriser les parcours de vie. La peur du chômage, la peur de la perte de son emploi ou encore celle de ne pas subvenir à ses besoins doivent prendre fin. 

Aujourd’hui, plus que jamais, revendiquons qu’aucun jeune ne soit au chômage : une formation ou un emploi pour toutes et tous !

Pour cela, il faut réinvestir dans le service public en commençant par la santé, l’éducation et les transports. Trois secteurs essentiels pour permettre de répondre à la crise sanitaire, scolaire et être à la hauteur face au défi climatique. Ces investissements doivent permettre d’embaucher massivement des jeunes. Pour embaucher les jeunes il faut également les former. Investissons dans les formations, au sein de la fonction publique mais aussi dans les formations initiales pour permettre à chaque jeune de pouvoir suivre un cursus scolaire qui leur permette de construire leur avenir comme ils l’entendent.  

Depuis le plus jeune âge, notre génération pâtit des politiques libérales et austéritaires. On nous dit que les belles années sont derrière nous et qu’il va falloir se serrer la ceinture. Nous sommes peut-être bien une génération quelque peu désabusée, mais nous sommes surtout conscient que si nous voulons un avenir, il va falloir aller l’arracher. 

Ce n’est pas d’un plan de relance de la société d’avant dont nous avons besoin mais bien d’un autre projet de société. 

C’est bien ce que nous ferons le 9 & 10 octobre prochain. Où, à l’appel du Parti communiste français, nous proposerons un projet pour la France qui permette à chaque jeune de construire sereinement son avenir. 

Le 9 et le 10 octobre, revendiquons qu’aucun jeune ne soit au chômage !