Affiches des films
CULTURE

Les conseils cinéma pour le week-end

Cette chronique présente les films qui m’attirent le plus parmi les sorties de la semaine. Je me base sur la filmographie du cinéaste, la bande annonce et le synopsis du film quand je n’ai pas pu le voir avant !

Basquiat, un adolescent à New York

“BASQUIAT, UN ADOLESCENT À NEW YORK éclaire la courte vie du peintre culte Jean-Michel Basquiat au sein de la ville de New York de 1978 à 1981 et explore tout ce qui, dans cette métropole, à travers ses rencontres et les mouvements politiques, sociaux et culturels, l’a nourri et inspiré.”

Il était l’un des plus grands artistes de sa génération dans les années 1980, mort à seulement 27 ans. Ce documentaire est l’occasion de se replonger dans la jeunesse de l’artiste au travers de rares images d’archives. L’occasion aussi d’en savoir un plus sur l’artiste mis à l’honneur un peu partout en France au travers d’exposition. (Fondation Vuitton Paris jusqu’au 21 janvier 2019, Collection Lambert Avignon jusqu’au 28 mai 2019)

Wildlife – Une saison ardente

“Dans les années 60, Joe, un adolescent de 14 ans regarde, impuissant, ses parents s’éloigner l’un de l’autre. Leur séparation marquera la fin de son enfance.”

Présenté à La Semaine de la critique au dernier Festival de Cannes, Wildlife est le premier film de l’acteur Paul Dano (Youth, Little Miss Sunshine). Tout en délicatesse, Paul Dano fait ses premiers pas dans la réalisation et c’est réussi. Il arrive à imposer une esthétique qui replonge directement le spectateur dans les années 1960 porté par Carey Mulligan incroyable, Jake Gyllenhaal dans un second rôle qui prouve encore une fois qu’il peut tout jouer et le jeune Ex Oxenbould. Sans pathos, le film montre la séparation d’un couple sous le regard de leur fils avec simplicité.

L’Empereur de Paris

“Sous le règne de Napoléon, François Vidocq, le seul homme à s’être échappé des plus grands bagnes du pays, est une légende des bas-fonds parisiens. Laissé pour mort après sa dernière évasion spectaculaire, l’ex-bagnard essaye de se faire oublier sous les traits d’un simple commerçant. Son passé le rattrape pourtant, et, après avoir été accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, il propose un marché au chef de la sûreté : il rejoint la police pour combattre la pègre, en échange de sa liberté. Malgré des résultats exceptionnels, il provoque l’hostilité de ses confrères policiers et la fureur de la pègre qui a mis sa tête à prix…”

L’Empereur de Paris se veut être l’un des films les plus imposants de l’année. C’est un peu quitte ou double, soit génial soit c’est complètement raté. Le pari est toujours difficile avec les films historiques, on espère que les moyens mis en place seront à la hauteur de la qualité du film.