Affiches des films
CULTURE

Les conseils cinéma pour le week-end

Cette chronique présentent les films qui m’attirent le plus parmi les sorties de la semaine. Je me base sur la filmographie du cinéaste, la bande annonce et le synopsis du film quand je n’ai pas pu le voir avant !

Les Indestructibles 2, quinze ans d’attente

Notre famille de super-héros préférée est de retour ! Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique.

14 ans après le premier Indestructibles, la famille de super-héros revient sur les écrans. Et comme pour toute suite de film, on a toujours peur que ce soit moins bien que le premier. Mais les studios Pixar ont la recette pour faire des suites à la hauteur et Les Indestructibles n’y manquent pas. Premièrement, le double niveau de lecture qui permet à ce qu’un animé pour enfant n’ennuie pas les adultes. Ensuite, l’histoire tourne ici autour du personnage d’Elastic-Girl, qui est la super-héroïne du film et qui doit sauver le monde pendant que papa garde les enfants à la maison, et ça c’est plutôt inédit.

Il casse ainsi les codes classiques du super-héros macho. Et enfin c’est drôle et bien rythmé comme on l’attend d’un film d’action. Les studios Pixar s’imposent encore dans le monde de l’animé. Les Indestructibles vont alors bousculer toute une génération d’enfants, celle qui les ont découvert il y a 14 ans et celle qui les découvre aujourd’hui.

Au Poste !

Un poste de police. Un tête-à-tête, en garde à vue, entre un commissaire et son suspect.

Dans un huis-clos entièrement tourné à Colonel Fabien (<3) Quentin Dupieux prouve encore une fois qu’il est le maître de l’humour et de l’absurde en France. Ce qu’on aime chez Quentin Dupieux, c’est la manière dont il arrive à faire d’une seule phrase “Un poste de police. Un tête-à-tête, en garde à vue, entre un commissaire et son suspect”, un film et non des moindres. Il a gardé le suspens jusqu’au ne dévoilant rien du film dans sa bande annonce, ce qui prolonge le plaisir au cinéma. Puis ça change, ça change des comédies lourdes, pas drôles et Au Poste ! s’inscrit dans cette nouvelle génération de comédies françaises réussies, au même titre que La Loi de la jungle d’Antonin Peretjatko ou En Liberté de Pierre Salvadori (sortie en octobre prochain). Et aussi, la bonne surprise est Grégoire Ludig, excellent dans son rôle et qui sort de sa zone de confort et qui forme un duo génial avec le maître du genre Benoît Poelvoorde. Bref, Au Poste ! c’est délicieux et il faut y aller.

Woman at War

Halla, la cinquantaine, déclare la guerre à l’industrie locale de l’aluminium, qui défigure son pays. Elle prend tous les risques pour protéger les Hautes Terres d’Islande… Mais la situation pourrait changer avec l’arrivée inattendue d’une petite orpheline dans sa vie…

Woman at War a fait sensation à Cannes à la Semaine de la Critique, et pour cause, le film du réalisateur Islandais Benedikt Erlingsson prend un ton burlesque mais efficace pour parler environnement. Porté par l’énergie folle de Halldora Geirharosdottir qui se bat contre l’industrie de l’aluminium, Woman at War dresse aussi le portrait d’une femme forte et indépendante. Aussi la mise en scène laisse voir les magnifiques paysages islandais à préserver, accentuant le propos du film. Woman at war fait penser à une fable islandaise écologique et c’est réussi.