CC0 | Domaine Public
CULTURE

L’Internationaleeeeee aura 130 ans

Si les paroles de l’Internationale sont écrites en 1871 par Eugène Pottier, ce n’est que 17 ans après, en 1888 que cette dernière est accompagnée d’une musique et de l’air que l’on connaît tous aujourd’hui.

Un an après la première version imprimée des paroles de l’Internationale la chorale lilloise du Parti Ouvrier demande à Pierre Degeyter, ouvrier et musicien belge et membre du PO de composer une musique pour accompagner les paroles de l’Internationale. C’est donc en 1888, le 23 juillet que la chorale de la Lyre des travailleurs chante pour la première fois l’Internationale sur l’air de Degeyter. La musique de l’Internationale fête donc ses 130 ans en 2018.

La musique connaît l’apogée de sa gloire lorsqu’elle devient l’hymne officiel de l’Union des républiques socialistes soviétiques de 1922 à 1944. Le chant est largement utilisé dans les partis communistes, socialistes et ouvriers du monde entier. De même les syndicats de travailleurs l’utilisent très largement.

Si son usage a eu tendance à être réduit dans nombre de formations syndicales et politiques, son symbole reste très puissant. Sa seule absence peut susciter le débat, comme ce fut le cas lorsque Jean-Luc Mélenchon choisi de ne pas jouer le premier couplet de l’Internationale à la fin de ses meetings en 2017.

Le chant continue de raisonner largement à travers les cortèges partout dans le monde. Ses paroles souvent détournées et enrichies, l’air lui reste le même. S’il se chante, il se sifflote aussi, se joue sur tous les instruments, c’est un air qui ne laisse personne indifférent car  il est annonciateur de luttes.

Depuis 2017, en France la musique de Degeyter est entrée dans le domaine public d’après le délai légal d’une durée de 70 ans après le décès de son compositeur.

Chant de lutte à la gloire de l’Internationale ouvrière, les paroles de Pottier sont toujours reprises une siècle et demi après dans le monde entier.