rédaction
EDITO

L’UEC solidaire de la Palestine : il est temps de porter une voix de paix !

Depuis quelques semaines, la Palestine est revenue sur le devant de la scène médiatique. 

Et pour cause, Israël est à la manœuvre de bombardements de  la bande de Gaza depuis l’attaque de la mosquée d’Al-aqsa par les forces d’occupation israéliennes. 

A Jérusalem-Est les affrontements et les arrestations se poursuivent. Mardi, Gaza enregistrait son plus lourd bilan journalier depuis l’escalade des violences. Aujourd’hui nous dénombrons plus de 200 décès et des milliers de blessés. 

Ce théâtre de violences à l’encontre des Palestiniens et des Palestiniennes n’est pas nouveau. Au contraire, il s’agit une fois plus d’une stratégie employée par Israël  pour mettre à genoux le peuple palestinien et parvenir à son entreprise de colonisation et d’accaparement des terres palestiniennes. 

Le silence de la communauté internationale, le manque de courage politique pour faire cesser les exactions israéliennes participent à ce triste bilan. 

En France,  le président de la République appelle à un retour à la normale, sans condamner Israël, sans apporter de sanction. Le retour à la normale est bien celui d’un retour à la situation que connaissent d’ordinaire les palestiniens et les palestiniennes : à savoir emprisonnement massif, colonisation, privation de terres. 

A l’international, les mobilisations de soutien à la Palestine se multiplient et ne désemplient pas. En France cependant, nombre de manifestations ne sont pas autorisées. Le président de l’AFPS, Bertrand Heilbronn a même été arrêté à la suite d’une rencontre avec le Ministre des affaires étrangères, Jean Yves Le Drian. 

L’UEC apporte toute sa solidarité au peuple palestinien dans son combat pour sa liberté. En tant que branche du Mouvement Jeunes Communistes de France, l’UEC mène campagne depuis des années pour les droits du peuple palestinien, en agissant, maintenant,  dans les établissements d’enseignement supérieur pour faire grossir les rangs de la solidarité internationale. 

Il est  grand temps que la France porte une voix de paix. Et la seule voie pour y parvenir est de mettre sur la table des sanctions d’ordre diplomatiques et économiques envers Israël, la libération des prisonniers politiques palestiniens et palestiniennes dont Marwan Barghouti et la reconnaissance de l’Etat de Palestine dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale.