macron_transition_ecolo_floue Capture d'écran du "Panda-live" interview de Macron par WWF FranceCapture d'écran du "Panda-live" interview de Macron par WWF France
Environnement

Macron et sa transition écologique plutôt floue

Le programme de M. Macron comporte un plan d’investissement de 50 milliards sur 5 ans dont 15 destinés à la transition écologique.

Un « grand plan » pour le logement

Sa principale proposition est de lancer un (énième) programme de rénovation thermique des «passoires énergétiques». Aucune modalité d’action n’est mentionnée si ce n’est qu’un «grand plan» concernera les bâtiments publics et que les efforts sur le parc privé seront « intensifiés ».

Des formules bien creuses qui paraissent très loin des enjeux.

Des formules bien creuses qui paraissent très loin des enjeux. La précarité énergétique touche près de 12 millions de français et mérite qu’on s’y attarde davantage. Les formules incantatoires n’ont jamais été une solution.

Macron contre les bus Macron

Après avoir été à l’origine de la loi autorisant des transporteurs privés à vendre des trajets dans des bus diesel, il souhaite rendre l’air plus pur. Notamment en privilégiant les véhicules électriques et alignant la fiscalité du diesel sur l’essence.

La seule chose qui apparaisse concrète est l’augmentation de la fiscalité du diesel. On ignore comment il compte développer l’utilisation de véhicules électriques. Chantre du libéralisme, on peut douter de sa volonté d’aider au développement d’une filière industrielle française de construction de véhicules électriques.

Le libéralisme jusqu’au Black-Out

Enfin il entend supprimer toute production électrique carbonée, tout en abaissant la part du nucléaire à 50% de l’énergie produite, sans investissement public dans les énergies renouvelables.

Il estime en effet qu’une fois la réglementation supprimée, magiquement les énergies renouvelables seront développées par des investissements privés.

Le risque d’une telle logique c’est des constructions anarchiques d’unités de production sans cohérence territoriale

Le risque d’une telle logique c’est des constructions anarchiques d’unités de production sans cohérence territoriale, avec à la fin une énergie chère non accessible à tous. A moins que finalement tout le monde se retrouve dans le noir.

Loin de porter un modèle de développement respectueux de l’environnement, le modèle de Macron est surtout respectueux des intérêts des puissances de l’argent.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde