Rédaction | Avant Garde
FRANCE

En mai, coup d’envoi d’une saison de fêtes populaires avec les communistes

Depuis toujours, chaque année, à l’arrivée des beaux jours, les communistes organisent dans tout le pays des événements festifs et populaires mêlant politique, culture, musique, solidarités, et internationalisme. Le weekend des 19 et 20 mai derniers marquait une sorte coup d’envoi de ce cycle des fêtes communistes, avec des événements dans plusieurs départements. Nous nous sommes ainsi rendus dans le Pas-de-Calais, la Loire-Atlantique, la Vienne et la Gironde.

Festival de l’Humain d’abord

C’est sous un soleil estival que les communistes du Pas-de-calais ont tenu leur fête à Avion. Intitulé Fête de l’Humain d’abord, le festival a rassemblé plusieurs milliers de communistes venus de toute la région, ainsi que les habitants venus profiter des nombreux concerts mais aussi des débats.

Dans la lignée des combats des communistes pour une culture populaire, ce festival permettait de voire une dizaine de groupes de qualité pour seulement 5€. La programmation éclectique et sur une large amplitude horaire a autorisé une grande diversité du public, chacun pouvant s’y retrouver. Les allées de la fête était de plus régulièrement animée par un groupe de percussion ou encore des chanteurs venus égayés les stands remplis.

Rédaction | Avant Garde

La fête n’oubliait pas son aspect revendicatif. Le plus grand chapiteau était ainsi consacré aux débats. L’impérialisme, les luttes sociales, ou encore la gratuité des transports ont ainsi été mis au débat. Des invités de marque ont également gratifié le festival de leurs présences. Eric Bocquet, mais aussi Fabien Roussel qui a tenu un meeting devant un millier de participants le dimanche soir.

Rédaction | Avant Garde
Meeting de Fabien Roussel

Les jeunes communistes du Pas-de-Calais, du Nord et de la Somme tenaient un stand en commun à proximité immédiate de la scène « alternative ». C’est sous leur impulsion et grâce à eux que c’est tenu le débat sur la gratuité des transports, campagnes menées par les jeunes communistes sur ces trois départements. Une revendication qui fait échos à celle du PCF pour la gratuité des bus dans le bassin minier.

Rédaction | Avant Garde
Débat sur la gratuité des transports

Fête des Nouvelles, la fête “rebelle et fraternelle”

C’est dans le parc paysager de la cité industrielle de Saint-Nazaire que c’est tenu ce weekend la Fête des Nouvelles de Loire-Atlantique, le journal des communistes du département. Le rayonnement militant, couplé au soleil qui était au rendez-vous, ont fait converger vers le site de nombreux participants, communistes, syndicalistes, ou simplement habitants curieux de la ville, profitant de leur temps libre en famille ou entre amis dans un espace ouvert à toutes et tous.

Quels que soient les moyens de chacun, la fête était accessible à “prix libre” et offrait un large choix d’animation, de rencontres de débats et de découvertes au public. En journée d’abord, de nombreux stands étaient à disposition. Ceux des différentes sections du PCF bien-sûr qui proposaient de quoi se restaurer, mais également des associations qui partagent des luttes avec le parti. Parmis elles la solidarité internationale était au rendez-vous, aux couleurs notamment de la Palestine, du Maroc, du Kurdistan ou de Cuba. D’autres associations luttant contre les discriminations ou pour la paix étaient également présentes, ainsi que d’autres acteurs du mouvement social du département. Un stand du Livre était tenu par une librairie militante et un espace ludique proposait des jeux et des animations pour petits et grands. Enfin une vente solidaire de fruits et légumes permettait d’acheter à prix coutant des produits frais.

Les jeunes communistes tenaient eux aussi leur stand, près de la scène, faisant office à la fois de bar et à la fois de présentation de leurs diverses batailles politiques. Ces jeunes militants se sont affairés tout le weekend pour faire de la fête une réussite, tant sur le volet matériel que politique. Ils étaient d’ailleurs partie prenante de l’organisation en amont et en aval de l’événement.

Rédaction | Avant Garde

Les soirées du samedi et du dimanche étaient consacrées aux concerts. Il y en avait pour tous les goûts, de quoi satisfaire un public nombreux, de tous âges et de tous horizons.

Rédaction | Avant Garde

Et enfin, cette fête était riche politiquement avec des débats sur l’actualité de la pensée de Marx en cette année de bicentenaire ou encore sur les 50 ans de mai 68. Un sénateur communiste, Fabien Gay, était de la partie. Après avoir rencontré des salariés en lutte du département, il a tenu un meeting en fin d’après midi le dimanche.

Rédaction | Avant Garde

Fête de l’Humanité Poitiers

C’était le feu à Poitiers ce weekend pour la troisième édition de la Fête de l’Humanité locale. Une ambiance joyeuse, festive et de la bonne humeur pendant deux jours. Tout le monde pouvait s’y retrouver, la journée avec l’entrée libre permettait au plus grand nombre de venir et de participer aux différentes activités et animations, et d’aller à la rencontre des différentes organisations grâce aux nombreux stands présents. La paëlla conviviale du samedi a fait le plein avec plus de 130 repas. Sans oublier le vide grenier solidaire du dimanche qui lui aussi a fait carton plein et en fin d’après-midi un concert de Michto, le sosie de Renaud. Puis le soir, ambiance plus survoltée avec des concerts qui mettent le feu notamment Tagada Jones.

Rédaction | Avant Garde

Mais la fête de l’Humanité Poitiers c’est aussi des débats, il a eu lieu samedi après-midi autour des services publics avec notamment la CGT. Un thème qui tombait à pic pour préparer la manif du 22 mai pour défendre les services publics et renforcer la mobilisation. Aucun doute tout le monde en ressort motivés comme le nécessite la période de mouvement social, déterminés pour toujours plus mobiliser !

Rédaction | Avant Garde

Puis bien sûr, la fête de l’Humanité c’est aussi des militants et des bénévoles qui font que la fête existe. Ce sont les militants du PCF et du MJCF qui étaient présents en nombre pour faire vivre cette fête.

Fête de l’Humanité Gironde

Toujours dans la région de Nouvelle-Aquitaine, cette fois-ci en Gironde, une autre Fête de l’Humanité s’est tenue dans un format similaire, accueillant plus de 1000 participants. Au programme : repas, débats, stands politiques et associatifs, concerts et animations diverses.

La solidarité était au coeur de la Fête avec son village associatif. Une dizaine d’associations y présentaient ainsi leurs activités et actions, comme Ac Gironde, Apeis Gironde, l’ADECR 33, Cienfuegos, France Cuba, Médecins du Monde Aquitaine, MEMOIRES & PARTAGES, le Mouvement de la Paix 33, Palestine 33 et le Secours Populaire Gironde. Plusieurs débats se sont tenus, notamment sur la santé, les territoires et institutions, ou encore les communisme du XXième siècle. Un espace librairie mettait à disposition un grand nombre d’ouvrages politiques et permettait même parfois la rencontre avec leurs auteurs.

Un “grand repas républicain” était organisé, suivi d’une pièce de théâtre « T’en as parlé à ton père ?! » de La Compagnie Tousartsymut. Et le samedi soir s’est déroulé en musique avec plusieurs concerts successifs.

Rédaction | Avant Garde

Les jeunes communistes de Gironde ne manquaient évidemment pas à l’appel ce weekend lors de la fête où ils tenaient un stand politique.

Rédaction | Avant Garde

Enfin le weekend s’est clôturé avec un meeting qui a donné la parole à Mehdi Delaplace, responsable de la CGT Cheminots, Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF et Sébastien Laborde, secrétaire départemental du PCF 33.

Rédaction | Avant Garde
Meeting de clôture de la Fête
Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde